Victoire de Boris Johnson : "C'est la fin de ce feuilleton de trois ans" qu'est le Brexit, estime le président de la Chambre de commerce franco-britannique

La victoire du parti conservateur met fin à l'incertitude et permet "d'éclairer la route pour l'ensemble du monde économique", selon Thierry Drilhon qui estime sur franceinfo qu'une étape a été franchie dans le processus.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Boris Johnson, applaudi par son équipe, le 13 décembre 2019 au 10, Downing Street, à Londres (Royaume-Uni). (STEFAN ROUSSEAU / AFP)

"Tout ce qui va dans une plus grande clarté et qui permet de mettre fin à une période d'incertitude va dans le bon sens", a estimé Thierry Drilhon, président de la Chambre de commerce franco-britannique, ce vendredi sur franceinfo. La large victoire du parti conservateur du Premier ministre Boris Johnson aux élections législatives britanniques ouvre en effet la voie à un Brexit le 31 janvier 2020, plus de trois ans et demi après le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne.

>> Résultats, réactions... Suivez les dernières informations sur les législatives britanniques dans notre direct

"C'est la fin de ce feuilleton de trois ans, d'informations et de contre-informations", a réagi Thierry Drilhon. "Ça permet d'éclairer la route pour l'ensemble du monde économique et continuer à développer les transactions économiques entre les deux pays, qui représentent quelque 100 milliards d'euros par an", a-t-il estimé.

"C'est une étape"

Mais Thierry Drilhon a nuancé ses propos, en parlant d'étape dans le processus. "Après cette ratification par le Parlement, après la mise en oeuvre à partir du 31 janvier 2020, il y aura après les modalités d'application durant la période de transition qui est, à mon avis très éloignée." Selon lui, ce qui va compter, ce sont les négociations et les modalités de mise en oeuvre entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. "Il y a quelque 622 traités bilatéraux et multilatéraux et c'est de là où viendront véritablement les vraies discussions et les mises en œuvre de cette séparation", a souligné le président de la Chambre de commerce franco-britannique.

Toutes les entreprises, qu'elles soient petites, moyennes ou grandes, ont géré, anticipé cette période-là.

Thierry Drilhon

à franceinfo

"Le plus difficile, c'est peut-être pour les petites entreprises et très petites entreprises qui n'ont pas bénéficié d'un accompagnement juridique, fiscal, ressources humaines, etc. Mais globalement, le monde de l'entreprise, fort heureusement, a anticipé", a-t-il assuré.

Pour Thierry Drilhon, la France et le Royaume-Uni sont "deux partenaires historiques" : "Tous, les uns et les autres, nous voulons faire en sorte de pouvoir trouver les solutions. Ce qui ne veut pas dire que tout sera simple. Mais je fais confiance au pragmatisme du monde de l'entreprise, à la capacité d'adaptation des entrepreneurs."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.