La banque Crédit Suisse va annoncer mardi le suppression de 1 000 emplois, dans le secteur "investment banking".

Un porte-parole de la banque a refusé de commenter cette information. Le groupe emploie 50.700 personnes dans le monde.

(FABRICE COFFRINI / AFP)
Un porte-parole de la banque a refusé de commenter cette information. Le groupe emploie 50.700 personnes dans le monde.

Il a toutefois indiqué que le patron de la banque, Brady Dougan, donnera une conférence de presse mardi, à l'occasion des résultats du troisième trimestre, ce qui est un fait exceptionnel. L'information a été révélée par le journal suisse Tages Anzeiger.

"Le marché s'attend à des nouvelles", a-t-il déclaré. En juillet dernier, la banque avait déjà annoncé 2.000 suppressions d'emplois, soit 4% de son effectif mondial, après avoir vu son bénéfice net chuter de moitié au deuxième trimestre.

Au deuxième trimestre, le bénéfice net de la banque est ressorti à 768 millions de francs suisses (667 millions d'euros), en baisse de 52%, après un résultat positif de 1,6 milliard de francs suisses un an plus tôt, a précisé l'établissement.La raison avancée par le journal pour justifier la nouvelle vague de licenciements, est le changement de réglementatilion en matière de fonds propres ainsi qu'une limitation des risques dans le secteur de la banque d'investissement.

Du fait de ces nouvelles normes, une partie du business de ce secteur n'est plus rentable. Selon le journal, la banque pourrait supprimer une partie de ses 12 filiales en Allemagne. En revanche, elle devrait accroître sa présence en Asie et au Brésil.

Enfin, la banque s'attend à un recul de l'activité dans sa division gestion de fortune, suite à la conclusion d'accords fiscaux avec des pays partenaires européens.