Cet article date de plus d'onze ans.

L'Union européenne soutient une interdiction du commerce international du thon rouge

Les ambassadeurs des 27 pays européens se sont mis d'accord mercredi sur cette position commune en vue de la réunion à partir de samedi de la CITES, l'organisation de 175 membres affiliée à l'ONU chargée de la protection des espèces en danger.Cette décision de l'UE, qui suit celle des USA, reviendrait à fermer la pêche industrielle du thon rouge.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Thons rouges de Méditerranée (France 2)

Les ambassadeurs des 27 pays européens se sont mis d'accord mercredi sur cette position commune en vue de la réunion à partir de samedi de la CITES, l'organisation de 175 membres affiliée à l'ONU chargée de la protection des espèces en danger.

Cette décision de l'UE, qui suit celle des USA, reviendrait à fermer la pêche industrielle du thon rouge.

Le Japon a annoncé jeudi qu'il s'opposerait à l'interdiction du commerce du thon rouge de l'Atlantique au niveau mondial, une proposition soutenue la veille par l'Union européenne et les Etats-Unis.

"L'objectif de la Convention de Washington (ou CITES: l'organisation affiliée à l'ONU chargée de la protection des espèces en danger, ndlr) est de protéger les espèces en danger et d'empêcher leur extinction, mais je ne pense pas que le thon rouge entre dans cette catégorie", a déclaré le porte-parole du gouvernement japonais Hirofumi Hirano.

Les pays européens plaident en même temps pour le maintien de "dérogations" pour la pêche artisanale dans les eaux nationales des Etats pêcheurs.

L'UE plaidera en outre à Doha pour une entrée en vigueur différée de cette interdiction de la pêche au thon rouge, demandant notamment à ce qu'on attende un avis des scientifiques de la Commission internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique (CICTA), qui regroupe les Etats pêcheurs et doit se réunir en novembre 2010.

Par ailleurs, des compensations financières devraient être "étudiées" le cas échéant pour les pêcheurs concernés par une telle mesure.

Le thon rouge, une espèce chère et surexploitée
Le thon rouge de l'Atlantique a une chair très appréciée des amateurs de sushi mais du fait de son prix (jusqu'à 120.000 euros par poisson) il ne se déguste aujourd'hui quasiment que dans les restaurants de luxe.

Les scientifiques s'accordent à dire que l'espèce a été trop longtemps surexploitée: de 1957 à 2007, les stocks de thon rouge ont baissé de 75%, et de plus de 60% au cours des dix dernières années.

La France, suivie de l'Espagne et de l'Italie, sont les principaux pays pêcheurs qui totalisent à eux seuls 50% des captures, exportées ensuite à prix d'or vers le Japon où finissent plus de 80% des prises, estime M.Fonteneau.

Voir

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.