L'Ukraine adopte une loi "anti-oligarques" pour lutter contre la corruption

Selon cette loi, les personnes identifiées comme "oligarques" par le Conseil de sécurité nationale auront notamment l'interdiction de financer des partis politiques et de participer à la privatisation de grandes entreprises.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky au siège de l'ONU à New York (Etats-Unis), le 22 septembre 2021. (EDUARDO MUNOZ / AFP)

L'Ukraine a adopté, jeudi 23 septembre, une loi dans l'espoir de juguler l'influence des oligarques. Cette dernière ambitionne de "prévenir les risques pour la sécurité nationale liés à l'influence excessive" des "oligarques" dans le pays, l'un des plus pauvres d'Europe, selon le document publié sur le site officiel du Parlement.

Le texte a été initié par le président Volodymyr Zelensky, qui a annoncé cette année une campagne contre ces richissimes hommes d'affaires, accusés d'exploiter sans scrupule l'économie de cette ex-république soviétique et d'acheter les voix des médias et de la classe politique. "L'Ukraine est ouverte aux grosses entreprises mais pas à l'influence des oligarques sur des fonctionnaires, des hommes politiques et des médias", a-t-il affirmé sur Twitter, après le vote.

Une poignée d'Ukrainiens visés par le texte

Selon cette loi, les personnes identifiées comme "oligarques" par le Conseil de sécurité nationale auront notamment l'interdiction de financer des partis politiques et de participer à la privatisation de grandes entreprises. Le document oblige également les fonctionnaires à déclarer tout "contact" avec ces oligarques.

Selon le ministre de la Justice, le texte concerne surtout la poignée d'Ukrainiens dont la fortune est estimée à plus d'un milliard de dollars. Parmi eux figurent l'homme le plus riche du pays Renat Akhmetov, le sulfureux Igor Kolomoïsky et l'ex-président Petro Porochenko (2014-2019), opposant au pouvoir actuel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.