L'Arche de Noé végétale : la planche de salut des semences syriennes

En Norvège, sous une montagne, sont entreposées des millions de graines, sauvegarde du patrimoine génétique des plantes du monde entier. L'idée : garder une biodiversité malgré les aléas et catastrophes du monde. Ainsi, pour la première fois depuis sa création, elle remplira son office en rendant à la Syrie un stock de graines sauvegardé, la banque de semences d'Alep ayant brûlé.

Svalbard, île du Spitzberg (Norvège), le 8 avril 2015. Etagères supportant des boîtes en plastique. Dans chaque boîte, 400 sacs en aluminium résistant à l\'eau contenant des graines.
Svalbard, île du Spitzberg (Norvège), le 8 avril 2015. Etagères supportant des boîtes en plastique. Dans chaque boîte, 400 sacs en aluminium résistant à l'eau contenant des graines.( Photo: Jens Buettner/dpa)

La banque de gènes d'Alep (Syrie) ayant été détruite, le Centre International de recherche agricole dans les zones arides (Ircada) a demandé à récupérer des graines dans les pays voisins de la Syrie, pour reconstituer ses stocks. Mais de quels stocks parle-t-on ?

Une éruption volcanique, un raz-de-marée, un incendie, un conflit armé avec force munitions et produits chimiques, autant de raisons possibles de voir disparaître des plantes spécifiques à certains lieux. La réserve mondiale de semences, autrement appelée L'Arche de Noé végétale, a été créée pour y remédier.

Mélange d'investissements privés et de participations des Etats, ce conservatoire mondial des graines se trouve dans un tunnel de 120 mètres de long sous 40 mètres de roches, au Spitzberg en Norvège, près du pôle Nord. Ses caves sont maintenues par un système de réfrigération à une température constante de -18° C sans humidité, empêchant les graines conservées de germer. En cas de défaillance de cette climatisation, les salles étant taillées dans un sol qui ne dégèle jamais, la température remonterait au pire à -5°.

Ces lieux devraient à terme (et si les Etats jouent le jeu) receler les millions de graines de 250.000 plantes sur les quelque 330.000 connues et répertoriées.

Il existe près de 1400 banques de semences locales réparties partout dans le monde. L'Arche de Noé végétale se propose de sauvegarder ces collections locales, sorte d'assureur d'assurances, pour pouvoir ensuite les redonner aux pays dépositaires en cas de destruction... 

Les pays et les institutions restent propriétaires des semences qu'ils ont déposées et un jour, quand la situation sera calmée et stabilisée en Syrie, la réserve mondiale lui rendra son patrimoine via ce stock reconstitué.