Cet article date de plus de dix ans.

Italie : élections anticipées en vue

Il n'y aura pas de réforme électorale ; le président du Sénat n'a pas trouvé d'accord avec les dirigeants politiques. Des élections anticipées apparaissent désormais comme la seule solution à la crise politique actuelle.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Radio France © France Info)

L'Italie est-elle définitivement ingouvernable ? Le président du Sénat semble répondre ce soir par l'affirmative. Franco Marini avait été chargé de mener des consultations avec les responsables politiques du pays. L'idée était de former un gouvernement de transition, le temps de mettre sur pied une réforme électorale. Pour arriver, enfin, à un peu plus de stabilité politique.

Car il a suffi de la défection du petit parti centriste catholique, l'Udeur, de la coalition, pour que la majorité chancelle. Romano Prodi a démissionné depuis maintenant deux semaines. Franco Marini était chargé d'expédier les affaires courantes, et surtout de réfléchir à l'avenir.

Sa mission est un échec. “Je n'ai pas trouvé de majorité significative”, a expliqué le président du Sénat au président de la République. Ce dernier doit maintenant décider de la suite.
_ Celle-ci paraît désormais inévitable. Giorgio Napolitano devrait prochainement convoquer des élections législatives anticipées.

Selon un dernier sondage, la droite semble bien partie pour reconquérir le pouvoir. Elle obtiendrait 58% des suffrages, contre 42% pour la gauche. Pas étonnant dans ces conditions que Silvio Berlusconi ait refusé tout compromis...

Guillaume Gaven

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.