Cet article date de plus de cinq ans.

Interdits en Hongrie, les migrants passent par la Croatie

La Croatie est, depuis mardi et la clôture complète de la frontière hongroise, la nouvelle route privilégiée par les migrants en direction de l'Europe de l'ouest. Le gouvernement croate a officiellement accepté leur présence et affirme vouloir les aider.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Des migrants marchant le long de la frontière entre le Serbie et la Croatie, près le ville de Sid, ce mercredi © REUTERS - Antonio Bronic)

Alors que la nouvelle législation hongroise est entrée en vigueur mardi, fermant la frontière entre le pays et la Serbie, les migrants cherchent une nouvelle route pour entrer dans l'Union européenne. Des centaines d'entre eux ont donc fait le choix de passer par la Croatie. Au total 1.191 migrants sont arrivés en Croatie mercredi, a indiqué dans la soirée un communiqué du ministère croate de l'Intérieur.

Le gouvernement croate ouvre grand les frontières

Zoran Milanovic, le Premier ministre du pays, a confirmé que la Croatie laisserait passer par son pays et sans encombre les migrants. "Ils pourront passer par la Croatie et nous travaillons à ce propos [...], a-t-il déclaré, au cours d'une session au Parlement. Nous sommes prêts à accepter ces gens, quelles que soient leur religion et la couleur de leur peau, et à les diriger vers les destinations où ils souhaitent se rendre, l'Allemagne et la Scandinavie" .

Dans le même temps, la présidente croate Kolinda Grabar Kitarovic a convoqué un Conseil de sécurité nationale pour évoquer cette question de la crise migratoire. Il doit avoir lieu ce vendredi ou mardi prochain.

La Croatie possède environ 3.000 places dans des centres d'accueil. C'est peu, mais la plupart des migrants voudront probablement poursuivre leur parcours plus à l'ouest, vers la Slovénie, le pays qui leur permettra d'intégrer la zone de libre-circulation de Schengen.

La Serbie conduit les migrants en bus

Le gouvernement serbe, qui conduisait avec des autocars les migrants de Presevo dans le sud du pays à la frontière hongroise, les a dirigés dès mardi vers Sid et la Croatie. A Kanjiža, au nord du pays et à proximité de la frontière hongroise, au moins un bus d'une cinquantaine de personne a pris aussi la direction de Sid. Un autre groupe de Syriens attend le convoi suivant.

Ce mercredi après-midi, les autorités croates ont annoncé avoir dépêché un train d'une capacité de 1.000 personnes. Il est parti de Zagreb vers 13h en direction de Vinkovci, ville de l'est du pays. Elle est située à 30 kilomètres de Tovarnik, où sont enregistrés tous les migrants arrivant de la Serbie.

Ce changement de route inquiète certains migrants. Dans le camps de Kanjiža, où se trouve l'envoyé spécial de France Info, les membres du HCR et d'ONG tentent de donner quelques informations sur les pays à traverser : la Croatie, la Slovénie et l'Autriche. Cet itinéraire rebute encore car la rumeur circule de la présence de mines antipersonnelles, vestiges de la guerre en ex-Yougoslavie. Ils sont donc toujours très nombreux à affluer à la frontière hongroise pourtant fermée.

Malgré tout, 2.000 personnes sont arrivées mercredi matin à la frontière hongroise, selon un membre du HCR

Les migrants jugent cette route hongroise sûre et connue, et qui se disent prêts à attendre des jours. "Nous sommes comme une rivière face à laquelle on aurait dressé un barrage , explique un père de famille syrien. L'eau finit toujours par passer quelque part".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.