Greenpeace déverse cinq tonnes de charbon devant l'Elysée

Quelques heures avant un Conseil des ministres franco-allemand, l'ONG réclame un objectif ambitieux de 45% d'énergies renouvelables en Europe en 2030.

Une dizaine de militants de Greenpeace ont déversé cinq tonnes de charbon devant l\'Elysée, à Paris, le 19 février 2014.
Une dizaine de militants de Greenpeace ont déversé cinq tonnes de charbon devant l'Elysée, à Paris, le 19 février 2014. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un peu avant 7 heures, mercredi 19 février, une dizaine de militants de Greenpeace ont déversé cinq tonnes de charbon, symbole d'une énergie très polluante et encore beaucoup utilisée en Allemagne, devant le Palais de l'Elysée, à Paris. A quelques heures d'un Conseil des ministres franco-allemand, Greenpeace entend ainsi réclamer une transition énergétique vers moins de charbon en Allemagne et moins de nucléaire en France.

Selon un porte-parole de Greenpeace, les militants ont également garé un camion à proximité de l'Elysée. Le véhicule était chargé de deux cuves de 2 000 litres d'eau contaminée au tritium, recueillie aux environs de l'usine de retraitement de combustible nucléaire de La Hague (Manche). L'ONG précise que cette eau était conditionnée et ne représentait pas de danger immédiat.

Dans un communiqué, intitulé "Frau Merkel, M. Hollande, non au charbon et au nucléaire, la vraie transition énergétique maintenant", Greenpeace plaide pour un objectif de 45% d'énergies renouvelables en 2030 en Europe. L'organisation écologiste souhaite faire pression alors que les Etats discutent, en ce moment, des futurs engagements en matière énergétique.