DIRECT. Elections en Allemagne : des résultats extrêmement serrés entre les sociaux-démocrates et les conservateurs, selon les premières estimations

Le SPD dispose d'une légère avance sur la CDU selon des projections basées sur les premiers résultats des élections législatives, dimanche soir.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Comme c'était attendu, le scrutin des élections législatives allemandes est très serré : selon les premières estimations, dimanche 26 septembre en début de soirée, le SPD et la CDU (conservateurs) sont au coude-à-coude. Les sociaux-démocrates du ministre des Finances et vice-chancelier sortant Olaf Scholz, favori des sondages ces dernières semaines, recueillent entre 24,9% et 25,8% des voix alors que les conservateurs d'Armin Laschet, successeur d'Angela Merkel à la tête de l'Union chrétienne-démocrate, sont donnés entre 24,2% et 24,7%, selon des projections basées sur de premiers résultats. Une fois les résultats définitifs connus (tard dans la nuit), une coalition devra se former entre les différents partis pour nommer un chef de gouvernement qui succèdera à la chancelière allemande en poste depuis 2005.

>> Elections en Allemagne : conservateurs et sociaux-démocrates au coude-à-coude, recul historique de la CDU... Ce qu'il faut retenir des premiers résultats

 Une coalition attendue après le vote. Le social-démocrate Olaf Scholz, fort d'une courte avance aux législatives, revendique de succéder à Angela Merkel à la chancellerie. Mais son rival conservateur Armin Laschet se dit également prêt à diriger le prochain gouvernement. Le match sera donc remporté par celui qui parviendra à bâtir une coalition majoritaire entre trois partis, à l'issue de tractations qui commenceront dès lundi. Ce n'est qu'une fois son remplaçant élu par les députés du Bundestag, dans plusieurs semaines voire plusieurs mois, qu'Angela Merkel pourra prendre sa retraite. 

  Les Verts en troisième position. Les Verts et leur candidate Annalena Baerbock obtiennent près des 15% des suffrages, devant les libéraux-démocrates (FDP), que les estimations donnent à environ 11,5%. Il s'agit à la fois d'une déception pour les "Grünen" et d'un score historiquement élevé aux législatives pour ce parti, alors que la protection du climat est au coeur des préoccupations des électeurs allemands, notamment des jeunes. Tout porte à croire que les Verts devraient toutefois jouer un rôle clé dans le futur gouvernement de coalition dont la formation s'annonce délicate.

 L'extrême droite accuse un léger recul. Toujours selon les premiers résultats, l'exrême droite de l'AfD, dont l'entrée au Bundestag avait été le principal fait saillant du précédent scrutin de 2017, confirme pour sa part son enracinement dans le paysage politique allemand, mais recule légèrement (entre 10 et 11% des voix contre 12,6% il y a quatre ans).

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ALLEMAGNE

23h46 : On ferme ! Non sans avoir jeté un dernier coup d'œil aux principaux titres de l'actualité.

• La nuit s'annonce longue pour les leaders des principaux partis allemands. Les sociaux-démocrates et les conservateurs sont au coude-à-coude autour de 25% des voix, devant les écologistes un peu sous les 15 et les libéraux autour de 12. Voilà ce qu'il faut retenir des premiers résultats dont on dispose.

Enorme exploit de Julian Alaphilippe qui décroche un deuxième titre de champion du monde consécutif sur le circuit de Louvain, en Belgique.

• Marseille n'est plus invaincu en Ligue 1 : le RC Lens s'impose avec panache au Stade Vélodrome (3-2) et s'empare de la place de dauphin du PSG.

Ségolène Royal a été sèchement battue aux sénatoriales des Français de l'étranger, qui renouvelaient six sièges de la haute Assemblée.

Rendez-vous demain, six heures, pour la suite de ce live.

22h52 : Coup de théâtre dans les tractations en coulisse après les élections allemandes : un ponte des écologistes annonce que son parti va d'abord négocier avec les libéraux. Les deux faiseurs de roi vont essayer de choisir leur camp.

22h37 : @Mat Peut-être parce que même les conservateurs et les sociaux-démocrates ont mis ce thème au cœur de leur campagne. Rappelons qu'Angela Merkel a décidé après la catastrophe de Fukushima de fermer les centrales nucléaires allemandes, et que depuis le mix énergétique du pays est un thème récurrent des débats électoraux. Le candidat conservateur Armin Laschet a ainsi évoqué ce thème en premier dans son discours, en début de soirée électorale.

22h34 : Comment expliquer que les verts arrivent en troisième position alors que le climat est présenté comme première préoccupation des allemands?

22h22 : Le président de la République fédérale est élu par une assemblée composée des députés et de représentants des Länder. Actuellement, il s'agit du social-démocrate Franz-Walter Steinmeier.

22h21 : Bonsoir FI. Savez vous comment est élu ce président de la République fédérale ? Merci

22h08 : @je désigne la majorité Le hic, c'est que le FDP (le parti libéral) a fait valoir sa préférence pour un gouvernement de droite, alors que les écologistes eux ont plus envie d'un gouvernement de gauche. On n'est pas rendus, on vous dit :-)

22h08 : Bon ces derniers résultats clarifient la situation, SPD+FDP+verts cela fait 410 sièges, c'est bon et emballé, on va pas y passer la nuit quand même ! Tout est okay fin de palabres, j'ai dit....🤣🤣🤣

21h48 : Selon les derniers chiffres dont on dispose, le (léger) avantage du SPD se confirme, avec un gros point d'avance sur les conservateurs.

21h43 : @Election Allemagne Contrairement au système britannique, dont nous sommes plus familiers, ce n'est pas le patron du parti arrivé en tête qui va tenter de former un gouvernement en trouvant des alliances. C'est le président de la république fédérale qui va solliciter un leader de parti pour former une grande coalition, mais pas forcément celui arrivé en tête, si celui arrivé second propose un package plus convaincant. D'où les négociations qui s'annoncent longues, et le fait que SPD et CDU revendiquent le leadership de la nouvelle équipe.

21h42 : Un petit éclaircissement Pierre,Comment expliquer que le futur chancelier ne soit pas déjà connu à ce jour ? Le parti vainqueur devrait selon toute logique choisir son leader. Mais cela ne semble pas si simple 😉..

21h41 : Je vous préviens, comme les négociations vont prendre des semaines en Allemagne, et comme les résultats définitifs sont attends à 3 heures du matin, on va plutôt se concentrer sur l'analyse des points saillants du scrutin à l'aide de tableau. Comme ce graphique édifiant qui montre que l'AFD, le parti d'extrême droite, talonne le SPD avec 21% des voix dans les anciens Länder d'Allemagne de l'Est.

21h24 : Aura-t-on une nouvelle coalition avant Noël ? C'est l'engagement pris lors du débat télévisé de ce soir par le leader de la CDU et son homologue du SPD. "L'Allemagne a la présidence du G7 en 2022", a notamment plaidé le chef de file des conservateurs, Armin Laschet. Son adversaire, Olaf Scholz, a lui jugé que "nous devons tout faire pour que cela soit possible avant Noël, et un peu plus tôt serait également bien".

21h20 : Je vous propose un autre graphique intéressant pour mesurer le gap générationnel entre les électeurs les plus jeunes et les plus âgés. Pour ceux qui votaient pour la première fois, c'est le parti libéral FDP qui arrive en tête devant les écologistes, les deux partis traditionnels arrivant loin derrière.

21h19 : si j'additionne les pourcentages des 18-29 ans, j'obtiens 17 + 11 + 22 = 50 pour cent : un jeune électeur sur deux voterait donc pour l'un des 3 partis arrivés en tête ; mais pour qui votent les 50 autres pour cent ?

21h11 : A la Une de Libération de ce lundi... "Le Bundes vague"

21h11 : Très réussi, le jeu de mots en une de Libé de demain :-)

20h44 : @Yanis Ah mais ne vous excusez pas, la soirée électorale allemande continue jusqu'à 23 heures :-) C'est effectivement très frappant, les électeurs interrogés sur leur motivation expliquent s'être rendus aux urnes d'abord pour le réchauffement climatique. Je ne sais pas exactement vous l'expliquer, mais la campagne n'a pas du tout tourné autour de ce thème, comme c'était aussi le cas en 2017 en France où c'étaient plutôt les questions économiques qui avaient prédominé.

20h42 : Une question difficile Pierre, désolé, au milieu du foot.. Pourquoi le sujet de l'immigration n'apparait pas dans le discours politique en Allemagne ?Merci et que le meilleur gagne 😉😉

20h33 : Et pendant ce temps outre-Rhin, c'est le "round des éléphants", une tradition qu'on gagnerait à importer en France.

20h24 : Si vous prenez en marche notre soirée électorale allemande, je vous conseille vivement la lecture de l'article de ma camarade Valentine Pasquesoone qui résume les premiers enseignements des premiers résultats.



(WOLFGANG KUMM / DPA / AFP)

20h22 : Ah dans ce cas, c'est encore un peu tôt pour vous répondre, on ne sait pas encore quelle proportion d'électeurs a choisi de voter par correspondance (c'est encore au format papier, pas de dématérialisation encore).

20h20 : Je pensais plutôt au vote par correspondance...

20h20 : Traditionnellement, le taux de participation à ces élections est très élevé, car c'est par ce biais que les Allemands choisissent (indirectement) leur chancelier. Je ne suis pas certain que les deux modes de scrutin (pour la législative et pour un parti au niveau national) joue un rôle direct dans la mobilisation des électeurs.

20h17 : Bonsoir Pierre. Cette belle participation pourrait faire des envieux chez nous ! Clairement il y avait de l'enjeu avec le départ de Mme Merkel mais n'est-ce pas aussi parce que les modalités de vote sont très diversifiées en Allemagne ?

20h16 : Notez au passage que si les négociations s'éternisent, Angela Merkel pourrait battre le record de longévité à la tête du pays... malgré elle.

20h15 : Forcément, dans les journaux du soir en Allemagne, c'est l'incertitude qui prédomine.

20h09 : @Maxime Il s'élève autour de 78%, le meilleur total depuis 2002.

20h08 : Bonsoir. Quel est le taux de participation du vote pour les élections législatives allemandes ?

19h58 : 20 heures, c'est l'heure du dîner (sans doute) et du point sur l'actualité (c'est sûr).

• C'est très très très serré pour les élections législatives en Allemagne. Les sociaux-démocrates et les conservateurs sont donnés au coude à coude, autour de 25%, alors que les écologistes flirtent avec les 15%. La formation d'une coalition s'annonce longue. Les dernières infos dans notre direct.

Enorme exploit de Julian Alaphilippe qui décroche un titre de champion du monde consécutif sur le circuit de Louvain, en Belgique.

SOS Médecins annonce un arrêt total d'activité demain, pour une durée de 24 heures, pour réclamer plus de moyens pour les visites à domicile.

• Ségolène Royal a été sèchement battue aux sénatoriales des Français de l'étranger, qui renouvelaient six sièges de la haute Assemblée.

19h44 : Coude à coude en allemand c est Kopf an Kopf ! = tête à tête ,Marie, Prof d allemand dans le 67

19h44 : Danke schön @Marie Prof d'Allemand pour avoir répondu au défi que je lançais un peu plus tôt :-)

19h33 : @Mamimo Le parti d'extrême-droite AFD coince un peu, avec autour de 10-11% cette année contre 12% lors du précédent scrutin, qui se déroulait juste après la crise des migrants syriens. A cette occasion, ce parti avait fait une entrée fracassante au Parlement.

19h32 : Où en est l'extrême droite en Allemagne ?

19h30 : Intéressante étude de la répartition des votes aux trois principaux partis selon l'âge des votants.

19h28 : "Nous voulions gagner la chancellerie, ça n'a pas été possible, nous avons fait quelques erreurs. Nous avons un mandat clair pour l'avenir de notre pays. (...) Ce pays a besoin d'une transformation (...) d'un gouvernement qui lutte contre le réchauffement climatique."

Annalena Baerbock se félicite du "meilleur résultat de l'histoire de son parti" devant une foule extatique.

19h29 : @schwindratzheim Que ce soit Armin Laschet ou Olaf Scholz qui hérite de la chancellerie, les deux hommes sont assez proches de la ligne politique d'Angela Merkel, donc ça ne devrait pas provoquer de bouleversement politique majeur. Après, ces relations bilatérales sont aussi une histoire de personnalités, peut-être davantage que de bord politique. Le socialiste Mitterrand s'entendait par exemple à merveille avec le conservateur Kohl...

19h10 : Une victoire du SPD pourrait-elle amener un changement dans la politique européenne allemande ou dans le couple franco-allemand ? Ou aucun changement majeur d'annoncé ?

19h09 : @Michael Au moins il est libéréééééééééé délivréééééééééé d'une campagne électorale où il a vu son avance fondre comme neige au soleil (vous l'avez si vous avez vu le dessin animé La Reine des neiges).