Défilé du 9 mai à Moscou, avec Merkel, sans Sarkozy

Pour le 65e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie, des soldats de l'Otan ont participé pour la première fois à la parade militaire annuelle à Moscou. Nicolas Sarkozy est le grand absent de cet anniversaire : le président français est resté à Paris, "compte tenu de la crise financière que traverse la zone euro", selon le porte-parole de l'ambassade de France.

(Radio France © REUTERS/Denis Sinyakov)

Des soldats de quatre pays de l'Otan ont défilé pour la première fois aujourd'hui sur la place Rouge à Moscou. C'est la plus grande parade militaire organisée en Russie depuis la chute de l'URSS pour célébrer la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie du 9 mai 1945.

Ces quatre pays - la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Pologne - ont dépêché chacun 70 soldats environ. Une présence très symbolique pour ces Etats de l'Alliance atlantique, organisation créée après la Seconde Guerre mondiale pour assurer la sécurité de l'Occident, notamment face à la menace soviétique.

Ces militaires de l'Otan, une organisation que la Russie considère comme la principale menace à sa sécurité, paradent aux côtés de soldats de huit ex-républiques soviétiques et de plus de 10.000 hommes de l'armée russe.

Le président russe Dimitri Medvedev a souligné dans un discours le rôle de l'Union soviétique dans la victoire contre le nazisme en 1945, mais a salué la contribution des forces alliées à la défaite de la coalition "anti Hitler".

Georges Marcelin est l'un des deux anciens combattants de Normandie-Niemen, ancienne unité de combat de l'Armée de l'air française créée pendant la Seconde Guerre mondiale, invités à Moscou. Ces pilotes de chasse et mécaniciens étaient venus aider les forces soviétiques sur le front de l'Est. En France, ils sont très peu connus, mais en Russie, ils sont considérés comme des héros.

La présence de ces unités "prouve clairement notre solidarité et que les valeurs humaines communes sont de plus en plus importantes pour le développement du monde contemporain", a relevé le président russe Dmitri Medvedev après le défilé.