Cet article date de plus de neuf ans.

Boris Berezovski retrouvé avec "un lien autour du cou" dans sa salle de bains

La mort de l'ancien oligarque russe est toujours inexpliquée, mais la thèse du suicide reste privilégiée par la police britannique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien oligarque russe Boris Berezovski, le 28 avril 2013 à Londres (Royaume-Uni). ( LUKE MACGREGOR / REUTERS )

L'enquête ne permet toujours pas d'établir la cause précise de la mort de l'ancien oligarque russe, mais elle progresse. Boris Berezovski a été retrouvé sur le sol de sa salle de bains avec "un lien autour du cou", a indiqué jeudi 28 mars un responsable de la police. Agé de 67 ans, il avait été découvert mort samedi dans sa résidence d'Ascot, près de Londres (Royaume-Uni), par un employé. "Un morceau du même tissu a été trouvé sur la barre de douche au-dessus de lui", a déclaré l'inspecteur Mark Bissell.

L'inspecteur a répété que le décès était probablement dû à une pendaison, comme l'avait révélé une autopsie rendue publique lundi soir. Il a précisé que des examens toxicologiques sur le corps du dissident russe étaient toujours en cours, et allaient prendre plusieurs semaines. Des recherches sont également menées dans la résidence de l'ex-milliardaire. L'autopsie n'a révélé "aucune trace d'une lutte violente" précédant la mort, et la police a jusqu'ici indiqué n'avoir aucune preuve de l'implication d'une autre personne. 

Ancienne éminence grise du Kremlin sous Boris Eltsine, puis tombé en disgrâce sous l'ère Poutine, Boris Berezovski s'était installé à Londres au début des années 2000, où il avait obtenu le statut de réfugié politique en 2003. Ces derniers mois, alors qu'il avait connu des déboires financiers et judiciaires, ses amis le décrivaient comme dépressif. Nombre de proches ont cependant exprimé des doutes sur la thèse du suicide.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.