Cet article date de plus de neuf ans.

Angela Merkel sort renforcée en Allemagne et en Europe

À 59 ans, Angela Merkel a confirmé son statut de femme la plus puissante du monde. La chancelière a très largement remportée les élections législatives. Elle devient le premier dirigeant européen d'un grand pays à être reconduit depuis la crise financière et monétaire qui a secoué l'Union européenne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Gordon Brown, Silvio Berlusconi, José Luis Zapatero ou encore Nicolas Sarkozy n'ont pas réussi à accomplir ce qu'Angela Merkel a fait dimanche soir : être réélus après la crise financière et monétaire qui a secoué l'Union européenne. Non seulement, la chancelière sortante est assurée de conserver son poste, mais elle sort en plus fortement renforcée de ce scrutin avec un score un hausse de neuf points par rapport à la dernière élection de 2009.

Ce triomphe électoral lui permet ainsi d'avoir les coudées franches pour défendre les positions allemandes dans la gestion de la crise de l'euro. Elle devra, sur ce dossier, faire face au mouvement Alternative für Deutschland (AFD) qui, quelques mois après sa création, a atteint 4,9% des suffrages. Insuffisant pour entrer au Parlement mais révélateur de l'hostilité de nombreux Allemands vis-à-vis des multiples plans de sauvetages des pays européens en crise, financés en partie par l'Allemagne. Durant la campagne, l'AFD a prôné un abandon organisé de l'euro et un retour aux monnaies nationales.

Une élection en forme de plébiscite

Sur le plan intérieur, qu'elle soit en mesure de gouverner
seule ou pas, Angela Merkel est entrée dans l'histoire. Elle a offert à son
parti, la CDU/CSU, son score le plus important depuis la réunification et elle rejoint
Konrad Adenauer et Helmut Kohl, les seuls dans l'histoire de l'après-guerre à
avoir remporté trois mandats.

Ce vote de dimanche, qui ressemble à un plébiscite, vient
couronner une campagne électorale réussie durant laquelle Angela Merkel aura
essentiellement défendu son bilan et mis en avant sa personnalité. Les Allemands
ont ainsi apprécié sa gestion de la crise de l'euro. La chancelière a insisté sur la réussite économique de l'Allemagne. Elle a ainsi vanté la bonne
tenue des finances publiques et la baisse du chômage.

Voir notre article ►►► Angela Merkel dans son fief pour son dernier meeting de campagne

Nombreux défis à relever

La situation n'est toutefois pas aussi rose que le disent
les indicateurs et les défis à relever ne manquent pas ces quatre prochaines
années. Le pays compte sept millions de "minijobbers" qui occupent
des emplois précaires et mal payés. Il n'y a toujours pas de salaire minimum.
Par ailleurs, la situation sociale dégradée menace des millions de retraités.

Par ailleurs, le pays souffre également d'une natalité
faible, l'une des moins importantes du monde avec 1,36 enfant par femme. Une
véritable bombe à retardement pour le pays.   

Pour retrouver l'ensemble de notre dossier consacré au
modèle allemand
►►► Une
journée en Allemagne

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.