L'Allemagne en passe de devenir le premier pays européen à reconnaître un troisième sexe

La Cour constitutionnelle a donné jusqu'au 31 décembre 2018 à la Chambre des députés pour voter la légalisation de ce nouveau genre sur les registres de naissance.

Des stickers distriubués le 10 mai 2017 dans l\'Oregon (Etats-Unis) pour la reconnaissance d\'un troisième sexe.
Des stickers distriubués le 10 mai 2017 dans l'Oregon (Etats-Unis) pour la reconnaissance d'un troisième sexe. (TERRAY SYLVESTER / REUTERS)

L'Allemagne est en passe de devenir le premier pays européen reconnaître un troisième sexe, après un jugement de la plus haute juridiction du pays allant dans ce sens. Saisie d'un cas particulier, la Cour constitutionnelle a, mercredi 8 novembre, donné jusqu'au 31 décembre 2018 à la Chambre des députés pour voter la légalisation de ce nouveau genre sur les registres de naissance, à côté des mentions "masculin" et "féminin".

Cette juridiction invite les députés à introduire dans les documents concernés une mention telle que "inter", "divers" ou toute autre "désignation positive du sexe". Par ricochet, tous les documents officiels d'identité devraient aussi être concernés.

Une case qui pouvait rester vide depuis 2013

D'ici là, l'administration allemande ne pourra pas contraindre les personnes intersexes à s'identifier en tant qu'homme ou femme. La Cour constitutionnelle définit ces personnes comme présentant des caractéristiques anatomiques, chromosomiques ou hormonales ne relevant pas strictement d'un sexe ou l'autre.

Depuis mai 2013, l'Allemagne permettait, dans les documents administratifs, de ne pas renseigner le champ relatif au sexe en le laissant vide. Les intéressés pouvaient ensuite, au cours de leur vie, soit faire le choix d'un sexe masculin ou féminin, soit garder la mention du sexe non renseignée.