Allemagne : François Mitterrand "ne voulait pas" la Réunification

Bernard Volker, ancien journaliste et correspondant pour la télévision française en Allemagne, était à Bonn quand le Mur de Berlin est tombé, le 9 novembre 1989.

FRANCEINFO

Le 9 novembre 1989, "j'étais à Bonn, capitale de l'Allemagne de l'Ouest. J’écoutais la radio et j'ai décidé de prendre le dernier avion pour Berlin, où je suis arrivé peu avant minuit. Je me suis précipité vers le Mur en voiture puis à pied, car il y avait un embouteillage gigantesque", se souvient Bernard Volker, journaliste longtemps en poste en Allemagne. "Tous les Allemands faisaient la fête et voulaient boire un coup à l'Ouest", rapporte-t-il.

"Les Allemands de l'Est ont toujours espéré la Réunification, selon l'ancien journaliste de l'ORTF. Quand ils rentraient chez eux le soir, ils regardaient les chaînes de télévision de l'Allemagne de l'Ouest. Ils vivaient une partie de leur vie par procuration".

La Stasi omniprésente

Bernard Volker avait remarqué le travail de la Stasi : "Quand on allait faire un reportage à l'Est, on remplissait des formalités aberrantes, les agents de sécurité nous traitaient très mal et on avait toujours des accompagnateurs avec nous qui nous surveillaient tout le temps".

François Mitterrand n'était pas enthousiasmé par la chute du Mur et la Réunification. "J'étais très surpris par son attitude. C'était un homme du passé. Cette affaire le dépassait, il ne la voulait pas", révèle l'ancien journaliste de TF1.

"L'Allemagne était mon premier poste à l'étranger. J’ai des ancêtres allemands. C'était donc pour moi un moment très important dans ma carrière", conclut Bernard Volker.

Le JT
Les autres sujets du JT
Bernard Volker
Bernard Volker (FRANCEINFO)