Cet article date de plus de deux ans.

Allemagne : le bilan très lourd des intempéries meurtrières

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Allemagne : le bilan très lourd des intempéries meurtrières
Allemagne : le bilan très lourd des intempéries meurtrières Allemagne : le bilan très lourd des intempéries meurtrières (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - M. Bougault, J. Gasparutto, D. Degen, V. Gustin-Laville
France Télévisions

Des inondations meurtrières ont ravagé de très nombreuses localités en Allemagne. Les habitants sont désespérés et ne peuvent que constater les dégâts. Le bilan humain est lourd.

Dans la ville de Schuld, en Allemagne, il ne reste plus grand-chose. Les maisons sont en ruine, les routes brisées et les arbres disséminés. La pluie a tout ravagé. "Nous vivons ici depuis plus de 20 ans, nous n’avons jamais vécu une chose pareille. C’est comme la guerre", déplore Hans-Dieter Vransken, un habitant. Les commerces ont été détruits, il convient désormais de tout reconstruire. Même scénario à Arhweiler où un homme raconte comment il a réussi à s’échapper. "J’ai sauté par la fenêtre de ma cuisine, j’ai nagé pendant 300 mètres jusqu’à une maison. Ils m’ont sauvé. J’ai passé la nuit là-bas", explique-t-il.

L’heure est à la reconstruction

"Lorsque l’eau est montée, j’ai entendu quelqu’un crier : 'au secours, au secours'. Je ne pouvais pas l’aider. J’ai appelé les pompiers, ils n’ont trouvé personne", répond un autre. Ces inondations meurtrières sont sans précédent depuis des décennies. De très nombreuses localités sont décimées. "L’heure est à la reconstruction, d’immenses grues sont à l’œuvre. Les habitants reviennent petit à petit chez eux. Ils sont encore sonnés. Tout le monde se pose la même question : une telle catastrophe aurait-elle pu être évitée ? Les habitants semblent résignés et ne pas en vouloir aux autorités qui ont tardé à donner l’ordre d’évacuer", relate Julien Gasparutto, en duplex d’Ahrweiler.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.