Cet article date de plus de huit ans.

A REVIVRE | Barack Obama préoccupé par la situation en Crimée

Barack Obama s'inquiète des mouvements de troupes russes en Crimée. Plus tôt dans la soirée, le président ukrainien Oleksander Toutchinov par intérim avait demandé à Vladimir Poutine de cesser "une agression non dissimulée" en Crimée, alors que 2.000 soldats russes sont arrivés dans les aéroports de Simféropol. Une réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU s'est tenue à New York pour évoquer ces tensions.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

00h50 : Les USA annoncent qu'ils consultent leurs partenaires européens sur les coûts qui pourraient être imposés à la Russie en cas d'intervention en Ukraine.

00h30 : Le président Barack Obama pourrait renoncer à participer au sommet du G8 à Sotchi, en Russie, si les forces armées russes sont présentes en Ukraine, a déclaré vendredi un haut responsable américain à l'AFP.

23h43 : Un responsable américain indique que la Russie a envoyé "plusieurs centaines de soldats " en Crimée. 

23h19 : "L'Ukraine est assez
forte pour se défendre elle-même
", a averti vendredi
l'ambassadeur aux Nations unies Iouri Sergueïev, accusant la
Russie d'avoir dépêché des troupes en Crimée.

23h13 : Après une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadrice américaine à l'ONU a demande le retrait des forces russes en Crimée.

23h10 : Barack Obama se dit "profondément inquiet " d'informations sur des mouvements russes en Crimée. "Toute violation de la souveraineté russe serait profondément déstabilisante, toute intervention militaire en Ukraine aura un coût ", a averti le président américain. 

9h49 : le Parlement de Kiev**** en appelle aux pays garants de la souveraineté de l'Ukraine, et notamment les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, deux pays qui en 1994, avec la Russie, se sont portés garant de son indépendance, en échange de son renoncement aux armes nucléaires.

8h48 : selon le ministre ukrainien de l'Intérieur,  des "unités armées de la flotte russe bloquent" l'aéroport Belbek, proche de la ville de Sébastopol, dans lequel "se trouvent des militaires et des garde-frontières ukrainiens".

8h17  : "Les autorités russes sont en train de tester la capacité de
résistance du nouveau gouvernement à Kiev. Et la capacité de réaction des
Européens et des Américains
" explique Marie Mendras sur France Info.

A LIRE AUSSI ►►► Crimée :
Moscou "teste" les Occidentaux assure Marie Mendras

8h14 : réaction du ministre ukrainien de l'Intérieur après "l'occupation" de deux aéroports de Crimée : "Je considère que ce qui s'est passé est une occupation armée et une occupation en violation des accords et des règlements internationaux."

7h25 : selon l'agence russe Interfax, des soldats russes vêtus de casques et de gilets pare-balles se sont emparés ce vendredi matin de l'aéroport militaire de Sébastopol, le grand port de la mer Noire en Crimée.

De même source,  des véhicules blindés de transport de troupes ont pris position à proximité. Des sources militaires expliquent ce déploiement de forces à l'aéroport de Belbek par la nécessité d'empêcher des "combattants" d'y atterrir.

7h04 : le
président russe ordonne à son gouvernement d'étudier une demande d'aide humanitaire
émise par la république autonome de Crimée

4h08 : l'aéroport
de Simferopol (Crimée) ouvert, des hommes armés patrouillent à l'extérieur

A LIRE AUSSI ►►► l'aéroport
de Simféropol contrôlé par des hommes armés 

2h27 : des hommes armés s'emparent de
l'aéroport de Simferopol en Crimée

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.