50 ans d'amitié franco-allemande : des couples symboliques

VIDEO | François Hollande est à Berlin pour célébrer les 50 ans de l'amitié franco-allemande, aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel. Retour sur 50 ans de collaboration à travers les couples dirigeants qui se sont succédés, de de Gaulle-Adenauer, à Mitterrand-Kohl en passant par Chirac-Schröder.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

François Hollande et Angela Merkel se connaissent encore mal. Le président français et la
chancelière allemande célèbrent mardi les 50 ans de la signature
du traité de l'Elysée, élevé au rang de mythe fondateur de l'amitié
franco-allemande. Retour sur 50 années d'images censées sceller cette amitié.

1963 : de Gaulle et Adenauer, la signature
du traité de l'Elysée

Fin 1962, Charles de Gaulle parcourt la Rhénanie, il est le premier chef d'Etat à remettre les pieds dans le pays depuis Napoléon. Le 22 janvier 1963, le général de Gaulle et le chancelier
Konrad Adenauer signent le traité de l'Elysée, dont le but est une coopération accrue entre la France et l'Allemagne : lire le contenu du traité ici

Même si ce traité est considéré comme le point de départ de l'amitié franco-allemande, certains gestes précédents restent dans les mémoire, comme l'invitation d'Adenauer par de Gaulle à
Colombey-les-deux-Eglises ou la prière commune des deux dirigeants à la cathédrale de Reims. Sans oublier bien sûr la création de la Communauté européenne de l'acier et du charbon (CECA) en 1950.

1973 : Pompidou et Brandt à Paris

Arrivés au pouvoir en 1969, Georges Pompidou et le chancelier allemand Willy Brandt relancent la coopération économique avec l'Airbus et les satellites de télécommunications Symphonie. Des divergences subsistent, particulièrement visibles lors de la guerre du Kippour en 1973 où les deux pays soutiennent des camps opposés.

En 1970, Georges Pompidou se rend en Allemagne. Le 26 novembre 1973, Willy Brandt est en visite à Paris : 

1978 : VGE et Schmidt, les bases de l'union monétaire

En 1974, le président français Valéry Giscard d'Estaing et le chancelier allemand Helmut Schmidt se font remarquer par une petite balade dans
Paris
, à la sortie d'un sommet franco-allemand. Les deux hommes créent les sommets européens réguliers. En 1978, ils posent les bases du Système monétaire
européen : 

1984 : Mitterrand et Kohl se prennent la main

En 1983, en pleine crise des Euromissiles, François Mitterrand prononce son fameux discours au Bundestag, où il soutient la décision de la RFA de déployer sur son sol des missiles américains face aux SS-20 soviétiques. Il déclare alors : "Le pacifisme est à l'Ouest, les missiles sont à l'Est ".  

Le 22 septembre 1984, le président français et le chancelier allemand
commémorent à Verdun le souvenir des soldats français et allemands morts pendant
les deux guerres mondiales. L'image est forte, les deux hommes se prennent la main :

Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombe. En 1992, la chaîne franco-allemande Arte est lancée. Le 7 février 1992, le traité de Maastricht est signé, largement du à la volonté de François Mitterrand et Helmut Kohl.

2004 : Chirac et Schröder à Caen

Le 22 janvier 2003, les 40 ans du traité de l'Elysée sont fêtés avec faste à Versailles. En 2003, l'opposition commune à l'invasion irakienne rapproche le couple Jacques Chirac-Gerhard Schröder. Le 6 juin 2004, Schröder est le premier dirigeant allemand à participer aux commémorations du débarquement, en
Normandie, pour le 60e anniversaire du Jour J :

2008 : Le couple "Merkozy" inaugure le mémorial Charles de Gaulle

En 2005, le premier déplacement de la nouvelle chancelière allemande Angela Merkel se fait à Paris. En 2007, Nicolas Sarkozy fraichement élu, et Angela Merkel se rencontrent à Toulouse chez EADS. Puis en 2008, ils inaugurent le mémorial dédié à Charles de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises :

Crise de la zone euro oblige, le couple "Merkozy" est ensuite sur le devant de la scène européenne dès 2009.

2013 : Hollande et Merkel à Berlin

En mais 2012, François Hollande, élu président de la République, effectue son premier voyage officiel en Allemagne, alors qu'Angela Merkel avait clairement soutenu Nicolas Sarkozy au cours de la campagne présidentielle, et qu'elle voit d'un très mauvais oeil la volonté du président français de renégocier le pacte budgétaire européen. La nomination de Jean-Marc Ayrault, germanophone, est pour certain un bon signe dans les futures relations franco-allemandes.

Malgré leurs divergences, François Hollande et Angela Merkel fêtent leurs 50 ans d'amitié, avec un temps fort mardi : les deux dirigeants s'expriment au Bundestag devant un miliier de parlementaires du pays. Quelle image en restera-t-il ? Se donneront-ils la main ? Alors que dans l'opposition française, certains dénoncent une relation trop "indifférente " ou "dans le retrait " du président Hollande. Après 50 ans de vie commune, les risques d'essoufflement sont classiques.