Cet article date de plus de huit ans.

Le site internet de la NSA en panne après "une erreur technique"

Selon l'agence, NSA.gov n'a pas été accessible pendant plusieurs heures cette nuit à cause d'une erreur interne survenue lors d'une opération de mise à jour programmée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège de la NSA dans la Maryland (Etats-Unis).  (REUTERS)

Une erreur technique lors d'une opération de mise à jour a été à l'origine de l'arrêt pendant plusieurs heures vendredi 25 octobre du site internet de l'Agence de sécurité nationale (NSA), a indiqué un porte-parole, démentant qu'il y ait eu une attaque informatique. Le site était à nouveau opérationnel ce samedi matin. Une enquête est en cours pour déterminer l'origine de cette panne 

"NSA.gov n'a pas été accessible pendant plusieurs heures cette nuit à cause d'une erreur interne survenue lors d'une opération de mise à jour programmée", a assuré le porte-parole vendredi soir. Il a ajouté que les affirmations circulant sur les réseaux sociaux selon lesquelles il s'agirait d'une attaque informatique "ne sont pas vraies"

Une attaque des Anonymous ? 

Sur Twitter, les spéculations se sont multipliées sur l'origine du "blackout" touchant le site de l'Agence de sécurité nationale. Pour certains, la panne du site aurait été la conséquence d'une attaque du groupe de pirates Anonymous, dont les membres n'ont cependant pas revendiqué clairement une quelconque action. 

L'agence américaine de renseignement  est en ce moment au coeur de l'actualité mondiale en raison des révélations de son ex-consultant Edward Snowden sur l'ampleur de ses programmes de surveillance des communications, aux Etats-Unis comme à l'étranger. Elle est notamment accusée d'avoir espionné la France et l'Allemagne. Une délégation d'eurodéputés sera lundi aux Etats-Unis pour avoir des réponses.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espionnage américain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.