VRAI OU FAKE : l'Espagne et le Portugal ont-ils obtenu une dérogation pour sortir temporairement du marché européen de l'électricité ?

Publié
franceinfo
Article rédigé par
L.Augry, G.Lombard - franceinfo
France Télévisions

L'Espagne et le Portugal bénéficient depuis le mois de juin d'une dérogation de la Commission européenne qui leur permet de s'affranchir du marché européen de l'électricité pendant un an. En pleine crise énergétique, cela fait réagir les internautes français.

Alors que les prix de l'électricité s'envolent partout en Europe, l'Espagne et le Portugal en sont préservés, ce qui ne passe pas inaperçu chez les internautes français. Depuis le mois de juin, les deux pays ont obtenu de la Commission européenne une dérogation : pendant un an, ils quittent le système européen, et peuvent fixer eux-mêmes le prix de leur électricité. Ce n'est pas le cas dans le reste de l'Europe.

L'argument de l'isolement

Pour que les pays de l'Union puissent s'échanger de l'électricité alors qu'ils n'utilisent pas forcément les mêmes moyens pour la produire, le prix de l'électricité est basé sur le moyen le plus coûteux : les centrales à gaz. Problème : avec l'envolée du prix du gaz depuis l'invasion russe, le prix de l'électricité a lui aussi explosé. Pour justifier cette dérogation, l'Espagne et le Portugal ont fait valoir auprès de la Commission un argument : le modèle européen était inadapté dans leur cas.
"Il y a un isolement géographique. Il s'agit d'une péninsule qui a son propre marché de l'électricité, on va dire relativement indépendant du gaz russe", explique Anna Creti, professeur d'économie à l'Université Paris Dauphine. Un argument de l'isolement que ne pourrait faire valoir la France, car elle importe de l'électricité d'Espagne, du Royaume-Uni et de l'Allemagne, et exporte vers l'Italie et la Suisse.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.