VIDEO. Législatives en Espagne : Pablo Iglesias, leader de Podemos, se dit prêt à gouverner

Pablo Iglesias, candidat de la coalition de gauche Unidos Podemos, se présente déjà comme la seule alternative à Mariano Rajoy, au pouvoir depuis 2011.

HAKIM ABDELKHALEK - FRANCE 2

Les Espagnols retournent aux urnes, dimanche 26 juin, après les élections législatives de décembre dernier qui avaient vu l'irruption au Parlement de Podemos et des libéraux de Ciudadanos, bousculant le Parti populaire (PP) conservateur et le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui alternaient au pouvoir à Madrid depuis trente ans.

La plupart des sondages prédisent que la coalition Unidos Podemos (Unis nous pouvons), formée par le parti anti-austérité Podemos et la formation écolo-communiste Izquierda Unida, dépassera dimanche le Parti socialiste en voix et sans doute en élus.

Pablo Iglesias, chef de Podemos, qui désormais porte la cravate, se présente déjà comme la seule alternative au conservateur Mariano Rajoy, au pouvoir depuis 2011. Ce professeur de sciences politiques de 37 ans veut mettre fin aux politiques d'austérité imposées depuis la crise de 2008. Il veut investir plus de 100 milliards d'euros en quatre ans dans l'éducation, la santé et la protection sociale.

Le chef du PSOE exclut toute alliance avec Podemos

Dans un Parlement fragmenté entre quatre grandes forces – les conservateurs, Unidos Podemos, les socialistes et les libéraux de Ciudadanos –, une alliance sera incontournable pour pouvoir former un gouvernement. Si Unidos Podemos obtenait le soutien du PSOE, un gouvernement de gauche serait possible. Mais le chef du PSOE, Pedro Sanchez, a semblé refermer cette porte lundi, du moins si ce gouvernement devait être dirigé par Pablo Iglesias.

"Nous n'allons pas soutenir un gouvernement qui casse la souveraineté nationale", a-t-il dit, en évoquant le programme de Podemos, favorable à un référendum d'autodétermination en Catalogne, région dirigée par des indépendantistes. "Nous n'allons soutenir aucun gouvernement qui remette en question la viabilité économique et sociale", du pays, a-t-il ajouté.

Le JT
Les autres sujets du JT
 Pablo Iglesias en campagne à Almeria, Andalousie (Espagne), le 15 juin 2016
Pablo Iglesias en campagne à Almeria, Andalousie (Espagne), le 15 juin 2016 (CARLOS BARBA/SIPA / EFE / AFP)