Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Espagne : des milliers de Catalans dans les rues après l'arrestation de membres du gouvernement de la région

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Manifestations après des arrestations en Catalogne
AFPTV et REUTERS
Article rédigé par
France Télévisions

Des perquisitions de la police espagnole sont menées dans plusieurs bureaux de l'exécutif catalan, mercredi. Objectif : saisir le matériel qui doit être utilisé pour le référendum d'autodétermination du 1er octobre, qui a été interdit par la Cour constitutionnelle espagnole.

La garde civile espagnole a saisi plusieurs millions de bulletins de vote qui devaient servir au référendum d'autodétermination des indépendantistes catalans prévu le 1er octobre. Ces opérations de la police espagnole menées dans la nuit de mardi 19 au mercredi 20 septembre ont poussé des milliers de Catalans dans les rues.

Des manifestants ont, dans la nuit, tenté de bloquer le travail des policiers espagnols à Terrassa, une commune située au nord de Barcelone. Dans la matinée de mercredi, ils étaient des milliers à protester à Barcelone, notamment devant le siège du département d'Economie de l'exécutif catalan, avec le slogan : "Cela arrivait sous Franco" .

Le scrutin que souhaite organiser le gouvernement catalan a été jugé illégal par la Cour constitutionnelle espagnole. Il est donc interdit.

Une attitude dénoncée comme "antidémocratique"

Des perquisitions de l'autorité espagnole sont menées dans plusieurs bureaux de l'exécutif catalan à Barcelone, notamment la présidence, les départements des Affaires économiques et des Affaires extérieures. Treize personnes, dont le bras droit du vice-président Oriol Junqueras, ont été arrêtées.

Le président de l'exécutif régional, Carles Puigdemont, qui a aussitôt convoqué une réunion gouvernementale d'urgence, a condamné l'attitude "antidémocratique" et "totalitaire" du pouvoir central à Madrid.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Catalogne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.