Catalogne : les menaces de Madrid

Le gouvernement espagnol est réuni ce samedi 21 octobre afin de reprendre le contrôle de la Catalogne pour empêcher une sécession.

FRANCE 2

C'est certainement l'un des Conseils des ministres les plus importants de l'histoire de la démocratie espagnole. Autour de Mariano Rajoy, les ministres du gouvernement s'apprêtent à prendre des mesures sans précédent depuis 1978 et la mise en place de la Constitution ce samedi 21 octobre. Mettre fin à l'autonomie de la Catalogne, placer la région sous tutelle administrative ou destituer son président rebelle, Carles Puigdemont. Un choix lourd de conséquences pour le consensus national, Mariano Rajoy le sait.

"Une tentative inacceptable de sécession d'une partie de son territoire national"

Mais il a reçu une nouvelle fois un soutien de poids, celui du roi. Hier soir, vendredi 20 octobre lors de la remise d'un prix littéraire, Felipe VI a choisi des mots lourds de sens : "L'Espagne doit faire face à une tentative inacceptable de sécession d'une partie de son territoire national, et elle le résoudra dans le cadre de ses institutions légitimes et démocratiques, et dans le respect de notre Constitution". Un nouvel appel à l'union nationale, alors que le souverain et le gouvernement ont le soutien de la majorité des partis politiques dans la gestion de la crise. Pour le pays, il s'agit d'un saut dans le vide devenu inéluctable.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, s\'exprime à Bruxelles, le 20 octobre 2017. 
Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, s'exprime à Bruxelles, le 20 octobre 2017.  (ALEXEY VITVITSKY / SPUTNIK / AFP)