Catalogne : le président annonce un gouvernement sans indépendantistes prisonniers ou exilés, pour ouvrir la voie à la fin de la tutelle

La nomination de ce nouveau gouvernement régional ouvre la voie à la levée par Madrid de la tutelle imposée à la Catalogne.

Le président catalan Quim Torra au Parlement régional, à Barcelone (Espagne), le 12 mai 2018.
Le président catalan Quim Torra au Parlement régional, à Barcelone (Espagne), le 12 mai 2018. (PAU BARRENA / AFP)

Le nouveau président catalan a finalement renoncé, mardi 29 mai, à nommer quatre indépendantistes emprisonnés ou exilés dans son gouvernement. Elu à la mi-mai à la tête de la région, l'indépendantiste Quim Torra a "signé un nouveau décret de nomination pour former un gouvernement en Catalogne", ont indiqué ses services dans un communiqué. "Les conseillers emprisonnés et exilés expriment leur pleine confiance dans le président et sont d'accord pour que les institutions catalanes se remettent au service du peuple de Catalogne (...) le plus tôt possible", ajoute le texte.

Ce revirement de Torra intervient dix jours après la décision de Quim Torra d'inclure quatre anciens membres du gouvernement régional de Carles Puigdemont, dans son exécutif. Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy avait qualifié ce geste de "provocation" et avait refusé d'avaliser son entrée en fonction.

La nomination de ce nouveau gouvernement régional ouvre la voie à la levée par Madrid de la tutelle imposée à la Catalogne dans le cadre de l'article 155 de la Constitution. La région du nord-est de l'Espagne est sans gouvernement depuis près de sept mois : elle avait été placée sous le contrôle direct de Madrid après la vaine proclamation d'indépendance d'une "République catalane", en octobre.