Pourquoi une partie de la Catalogne se rêve indépendante?

En novembre 2014, 2,5 millions de Catalans avaient voté oui à 80% à l’indépendance de la Catalogne. Dimanche 27 septembre les élections régionales pourraient amener une majorité indépendantiste au pouvoir, début d’une éventuelle scission d’avec le reste de l’Espagne. Un processus aux racines très anciennes. En six points, les fondements de la revendication catalane.

Forêt de drapeaux indépendantistes catalans le 11 septembre 2015, jour de la fête «nationale» en Catalogne.
Forêt de drapeaux indépendantistes catalans le 11 septembre 2015, jour de la fête «nationale» en Catalogne. (JORDI BOIXAREU / NURPHOTO)

Un territoire, une population
La Catalogne dispose déjà d'un territoire : 37.107 km² (une superficie qui place la région entre la Belgique et les Pays Bas). Avec 7,4 millions d’habitants, une future Catalogne indépendante se situerait en Europe entre le Danemark et l'Autriche. 
 
Mais cette population n’est pas homogène. Comme toute région riche, la Catalogne a longtemps attiré les pauvres des régions moins dotées d’Espagne. Des milliers de personnes venant de ces régions ont peuplé les banlieues ouvrières de Barcelone ou des villes industrielles de la région. Si le sentiment d’appartenance à la Catalogne peut exister, il n’exclut pas l’attachement aux régions d’origine, voire aux liens familiaux. La région a aussi attiré de nombreux immigrés du monde entier.

Un drapeau
Le drapeau catalan s'affiche partout. C'est au XXe siècle qu'est apparu l'Estelada (littéralement, «l'étoilée»), le drapeau symbolisant l'aspiration à l'indépendance. C'est un drapeau ancien (bandes or et rouges) auquel a été rajoutée une étoile dans un triangle.

Une langue
C’est une langue d’origine latine qui existe depuis le IXe siècle. Elle appartient à la branche occidentale des langues romanes. Cette langue serait parlée par quelque 10 millions de personnes et elle s’affiche dans les rues de la région. Le catalan et l’espagnol sont des langues officielles en Catalogne et la plupart des Catalans sont bilingues. Les deux langues sont utilisées à l’école et chacun peut s’adresser à l’administration publique dans la langue qu’il désire. Il y a même un wikipedia en catalan.

Une histoire
Aujourd’hui, la Catalogne est une «communauté autonome» du royaume d’Espagne. L’indépendantisme y est une vieille tradition. Une république catalane a été proclamée à plusieurs reprises. La première fois en 1641.

En 1714, à l’issue de «la guerre de succession d’Espagne», Philippe V prend la ville et abolit les lois et institutions de Catalogne. En 1810, Napoléon autorise la Catalogne à devenir une république indépendante sous contrôle français. Elle réintégrera le royaume d’Espagne à la chute de l’empire français.
 
Pendant le XIXe siècle, un mouvement culturel connu sous le nom de Renaixença (renaissance) promeut la langue, ainsi que les arts. En 1931, les élections locales sont remportées en Catalogne par le parti de la gauche républicaine Esquerra Republicana de Catalunya (ERC). Le 14 avril 1931, le leader du parti, Francesc Macià, proclame l’Etat catalan qui, quelques heures après, accepte d’intégrer une Fédération de Républiques ibériques.
 
La guerre civile née du coup d’Etat de Franco se termine avec la chute de la Catalogne (et de Madrid). Plusieurs centaines de milliers de personnes fuient le pays, dont 200.000 Catalans. Toute autonomie est supprimée par Franco. Le président de la Généralité (le gouvernement local) réfugié en France est remis par les nazis à Franco et exécuté.

L’exécution du Catalan Puig Antich en 1974 à Barcelone symbolisera la persistance du régime autoritaire. Le retour de la démocratie permettra à la Catalogne de retrouver son autonomie. En 1978, la Généralité de Catalogne est rétablie.


Une économie
L’économie catalane pèse environ 20% de l’ensemble de l’économie espagnole. Le PIB de la Catalogne est situé entre celui de la Finlande et celui du Danemark et le PIB par habitant est supérieur à celui de la moyenne européenne.

Les exportations de Catalogne représenteraient 26% de celles de l’ensemble de l’Espagne. La richesse de la région peut en partie expliquer le désir de la Catalogne de s’émanciper du reste du pays. Les indépendantistes estiment que l’Espagne «volerait» 8% de la richesse catalane chaque année, soit 16 milliards d’euros par an.
 
La Catalogne  se distingue surtout par le poids du secteur industriel, largement supérieur à celui du reste du pays. Ajouter à cela l’importance de la capitale Barcelone et de son port. De plus, la province est la première région touristique du pays (Costa Brava…). Elle reçoit quelque 15 millions de touristes (étrangers) par an.


Un club de foot
Le FC Barcelone symbolise a lui tout seul les ambitions catalanes. Une rivalité historique oppose cette équipe au club de «droite» de Madrid, le Real, chantre de la royauté espagnole. Depuis sa création en 1899, le Barça est le symbole du nationalisme catalan.

Lorsque Franco prit Barcelone, le patron du club fut fusillé. Point d’orgue de cette opposition qui dépasse le football, le Clasico qui divise l’Espagne en deux camps lors des matchs entre ces deux équipes. Le journaliste Manuel Vazquez Montalbán a même défini le club comme «l'armée démilitarisée de Catalogne».

2013 :  drapeau indépendantiste catalan lors du clasico entre le FC Barcelone et le Real Madrid, au Camp Nou de Barcelone.
2013 :  drapeau indépendantiste catalan lors du clasico entre le FC Barcelone et le Real Madrid, au Camp Nou de Barcelone. (LLUIS GENE / AFP)