Pourquoi le FC Barcelone et l'Atlético Madrid s'écharpent autour du sort d'Antoine Griezmann

Pour le club madrilène, il est "évident que l'accord entre le joueur et le FC Barcelone a été conclu avant que sa clause libératoire ne soit réduite de 200 à 120 millions d'euros", le 1er juillet dernier.

Antoine Griezmann, lors du match entre l\'équipe de France et Andorre, le 11 juin 2019 à Andorre.
Antoine Griezmann, lors du match entre l'équipe de France et Andorre, le 11 juin 2019 à Andorre. (FRANCK FIFE / AFP)

Un bras de fer à plusieurs dizaines de millions d'euros. Recruté vendredi 12 juillet par le FC Barcelone, le footballeur français Antoine Griezmann voit son transfert contesté par l'Atlérico Madrid, club où il évoluait jusqu'alors. Que reproche l'Atlético au Barça ? Quels sont les recours possibles ? Le transfert peut-il être menacé ? Franceinfo répond à toutes ces questions.

Que reproche l'Atlético Madrid au FC Barcelone ?

Lors de l'officialisation du transfert de l'attaquant français, le FC Barcelone a indiqué avoir payé à l'Atlético la clause libératoire de 120 millions d'euros nécessaire pour libérer le joueur de son contrat avec le club madrilène. Mais les "colchoneros" estiment avoir été dupés par les Barcelonais.

Le contrat conclu avec Antoine Griezmann stipulait en effet que le montant de cette clause libératoire devait passer de 200 millions d'euros à 120 millions le 1er juillet 2019. Dans un communiqué publié quelques heures après l'officialisation du transfert par le FC Barcelone, l'Atlético juge ainsi que "l'accord entre le joueur et le FC Barcelone a été conclu avant" cette date.

Le club madrilène estime que "la rupture du contrat s'est produite avant la fin de la saison en raison de faits, d'actes et de manifestations effectués par le joueur". Une référence à une vidéo publiée par le champion du monde de 28 ans, qui avait annoncé sur les réseaux sociaux dès le 14 mai son départ de l'Atlético.

Quels sont les recours possibles ?

L'Atlético Madrid va saisir la Fifa pour contester le montant de la clause libératoire payée par le FC Barcelone, affirme samedi le quotidien sportif espanol As. L'intention du club est d'obtenir une "sanction pour le FC Barcelone et maintenant aussi pour le footballeur", écrit le journal sur son site internet.

L'Atlético avait déjà saisi la Fifa à l'hiver 2017 lors d'une précédente tentative du Barça pour recruter l'international français, rappelle As, qui évoque aussi une possible saisie des prud'hommes. Contacté par l'AFP, un porte-parole du club a refusé de confirmer l'information.

Le transfert peut-il être annulé ?

Pas selon Jennifer Mendelewitsch. Interrogée samedi par franceinfo, l'agente de joueurs estime qu'"en termes de droits, le transfert est fait". "L'Atlético peut derrière faire des recours pour demander la suspension mais ça va être compliqué parce que les clauses libératoires sont créées justement pour éviter ce genre de ce genre de litiges et les négociations à répétition", a-t-elle expliqué.

"Historiquement, la clause libératoire a été conçue pour donner plus de liberté aux joueurs. Si quelqu'un paye le montant demandé, le club n'a rien à dire et le joueur est libre. C'est donc facile aujourd'hui de venir dire qu'il y a eu des accords avant. Il faut le prouver", ajoute cette spécialiste.