Populisme en Europe : Vox, un petit parti qui voit grand, au-delà de l'Espagne

À deux mois des européennes, franceinfo décrypte la montée du populisme en Europe et des partis qui le portent. En Espagne, Vox, le parti anti-immigration qui a fait récemment son entrée au Parlement andalou. 

\"Vox maintenant\", arboré par une manifestante contre les indépendantistes catalans, le 1er décembre 2018, à Madrid
"Vox maintenant", arboré par une manifestante contre les indépendantistes catalans, le 1er décembre 2018, à Madrid (OSCAR DEL POZO / AFP)

"Je vais leur parler des thèmes qu’on défend, comme l’importance de la famille ou le sentiment national", déclare un député de Vox, Francisco Serrano, convié à un jeu sous forme de questions-réponses, dans un bar de Séville (Espagne). Son parti a fait une entrée fracassante au Parlement andalou en décembre 2018. Il vise désormais les législatives et les européennes

>>Visualisez le courant populiste en Europe et qui sont ses représentants 

Ce soir-là, bière à la main, le public est jeune et l'ambiance décontractée. "Certains veulent s’attaquer à l’unité du pays et nous empêcher d’être fiers d’être Espagnols, mais c’est ça, l’esprit de Vox", poursuit le député. Anti-indépendance, anti-immigration, anti-IVG, anti-élite : le parti promet de rendre sa grandeur à l'Espagne. Souvent loin des journalistes. On ne peut pas enregistrer. "Non, ce n'est pas possible. Certains médias viennent nous faire du mal, alors on préfère laisser entrer uniquement nos sympathisants", prévient une militante. Le matin même, la façade du commerce a été couverte de tags antifascistes. Javier, l’organisateur de la soirée, les a fait nettoyer. 

C’est de l’intolérance vis-à-vis de ceux qui pensent différemment en Andalousie. Nous avons élu 12 députés.Javier, militant de Voxà franceinfo

Vox, parfois comparé au Rassemblement national de Marine Le Pen, refuse les étiquettes : ni populiste, ni d'extrême-droite. Dans un coin du bar, un groupe d’étudiants, venu simplement faire une pause, n'est pas indifférent aux thèses du parti. "Moi je ne participe pas, parce qu’après ma bière, là, je vais porter la statue de la Vierge pour la procession de la Semaine sainte. On est dans une ville où les traditions sont hyper fortes, et je suis d’accord avec Vox, il faut qu’on les défende, déclare l'un des jeunes gens. 

"Les gens font tout un scandale de Vox, mais de l’autre côté, il y a aussi une extrême-gauche avec Podemos, sauf qu’ils se sont normalisés. On ne dit rien sur eux, et ça n'est pas normal", entend-on aussi dans ce bar andalou.

Porté par le contexte de montée des populismes, Vox est crédité de plus de 10% aux élections européennes. Cinq ans seulement après sa création.