Espagne : l'extrême droite entre au Parlement régional d'Andalousie, une première depuis Franco

C'est un camouflet pour le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui dirige la région depuis 1982.

Santiago Abascal, le leader du parti d\'extrême droite Vox, le 26 novembre 2018, à Grenade (Espagne). 
Santiago Abascal, le leader du parti d'extrême droite Vox, le 26 novembre 2018, à Grenade (Espagne).  (CRISTINA QUICLER / AFP)

Un petit parti d'extrême droite, Vox, a fait son entrée au Parlement d'Andalousie, dimanche 2 décembre, en remportant 12 sièges aux élections. C'est une première en Espagne depuis la fin du régime franquiste, en 1975. 

Après dépouillement de plus de 99% des bulletins de vote, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) enregistre le pire résultat de son histoire en Andalousie. Il tombe de 47 à 33 sièges, sur 109. Ceux obtenus par ses alliés de la gauche radicale ne lui suffiront pas pour parvenir à la majorité absolue de 55 sièges sur 109 et donc pour former un gouvernement. C'est un camouflet pour le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez dans cette région historiquement dirigée par la gauche depuis 1982. 

Les félicitations de Marine Le Pen

Né en 2013, Vox est farouchement opposé à l'immigration illégale et à l'indépendantisme catalan. Le parti d'extrême droite a dépassé les prévisions des sondages, qui le créditaient au mieux de cinq sièges. "Les Andalous ont fait l'histoire (...) et se sont débarrassés de 36 ans de régime socialiste", a lancé son chef Santiago Abascal, en célébrant son "triomphe".

Avant même la publication des premiers résultats, Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national (ex-FN), avait adressé dans un tweet "ses vives et chaleureuses félicitations" à ses "amis de Vox".