Vignobles : à cause du gel, les récoltes de Loire et de Bourgogne souffrent

Les viticulteurs broient du noir. Les gelées de printemps ont causé des ravages dans les exploitations.

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

S'il fait beau en ce début de mois de mai, le gel sévissait encore dans certaines régions il y a quelques jours. Et les conséquences sont graves dans les vignobles de Loire et de Bourgogne notamment. L'hiver doux a favorisé la sortie des bourgeons, mais en trois jours, le froid et les giboulées de grêle ont stoppé la croissance des vignes.

A Parçay-Meslay (Indre-et-Loire), Stéphane Deniau constate les dégâts. Il a perdu 60% de sa récolte. "Quand la nature a décidé de vous jouer un mauvais sort, il n'y a pas grand-chose à faire", confie-t-il à France 3. Après le gel de 2012 et la grêle de 2013, les petites récoltes se succèdent et les stocks se réduisent. Pourtant, l'exploitant n'augmentera pas ses tarifs.

Un geste de l’État ?

Dans le Languedoc, en Bourgogne, dans la région nantaise... le mauvais temps a aussi fait des dégâts. Thierry Richoux a perdu 80% de sa récolte à Irançy (Yonne). Les conséquences seront dures pour ses exportations au Japon : "Ce n'est pas évident à gérer. Ces clients vont obligatoirement acheter du vin, et ils vont l'acheter ailleurs". L’État pourrait accorder des allégements de charges sociales aux viticulteurs.

Le JT
Les autres sujets du JT