Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Saint-Valentin : des roses pas très écolos

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Saint-Valentin :  des roses pas très écolos
Article rédigé par
France Télévisions

Pesticides, engrais, bilan carbone... La fleur des amoureux n'est pas une amie de l'environnement.

Des montagnes de roses. Les Français achètent chaque année plus de 660 millions de roses, selon les chiffres officiels publiés en 2009 par FranceAgriMer. Et la Saint-Valentin est, avec la fête des mères et les fêtes de fin d'année, la période au cours de laquelle il s'en vend le plus. Offrir des roses le 14 février, c'est romantique... mais pas très écologique.

Jusqu'à 49 substances chimiques différentes

Engrais, fongicides, insecticides, pesticides... Les bouquets de roses vendus en France contiennent jusqu'à 49 substances chimiques différentes, d'après l'enquête réalisée par le magazine 60 Millions de consommateurs (article payant). Certaines molécules sont même interdites en France. Les quantités ne sont pas suffisamment importantes pour que le bouquet de roses présente un risque pour la santé des clients. Mais une exposition massive et prolongée à ces produits chimiques représente un danger pour la santé des ouvriers agricoles qui travaillent dans les immenses fermes où sont produites ces fleurs. Un danger encouru aussi, dans une moindre mesure, par les fleuristes.

Un bilan carbone lourd

Le bilan carbone d’une rose est également très mauvais. Les roses vendues dans l'Union européenne poussent principalement en Afrique et en Amérique du Sud : au Kenya à 36%, en Ethiopie à 15%, en Equateur à 15% et en Colombie à 12%, selon les chiffres d'Eurostat repris par Le Monde en 2015. En 2009, la France importait 471,6 millions de roses et n'en produisait que 190 millions.

Une rose parcourt ainsi environ 10 000 km par avion de sa plantation à l'immense marché aux fleurs d'Aalsmeer aux Pays-Bas, où elle est vendue à des grossistes qui les revendent ensuite à des fleuristes. Quant aux roses cultivées sous serres en Europe, elles rejettent six fois plus de dioxyde de carbone que celles importées, selon une étude relayée par Le Monde.

De 7 à 13 litres d'eau pour une rose

Les roses sont en outre gourmandes en eau. Il faut entre 7 et 13 litres d'eau pour obtenir une fleur. Le niveau du lac Naivasha au Kenya ont  ainsi baissé, à cause de la production intensive de roses. Si vous voulez vraiment offrir des roses, il existe un label “Fleurs de France” pour des bouquets plus éco-responsables. Sinon, il y a bien d’autres manières de fêter la Saint-Valentin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.