VIDEO. Enquête sur le scandale des conteneurs perdus en mer qui souillent les côtes françaises

Chaque année, les armateurs font tomber des nombreux conteneurs en mer. Le droit maritime n'oblige pas les armateurs à déclarer les pertes.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les conteneurs sont parfois responsables d'une importante pollution maritime. Après un passage par les eaux tempétueuses de la mer du Nord, le MSC Zoe arrive un matin de janvier 2019 aux Pays-Bas en mauvais état. Les gardes-côtes néerlandais constatent alors la perte de dizaines de conteneurs sur le navire, plus de 300 au total. Certains des conteneurs tombés à l'eau étaient chargés avec ds produits chimiques considérés comme dangereux. Résultat : les plages néerlandaises sont rapidement souillées par des ampoules, des jouets, des sandales...

Aucune obligation légale

Les armateurs n'ont pas l'obligation de déclarer la perte d'un conteneur. Il y a des trous dans la raquette du droit maritime international. En conséquence, sur 200 millions de conteneurs transportés chaque année, impossible de savoir combien tombent à l'eau. Certains organismes évoquent le chiffre de 1 500, d'autres celui de 10 000. Pour l'association Robin des Bois, ce serait même plus. Lubrifiants, huiles usagés, acides sulfuriques... l'association a dressé il y a deux ans un inventaire de tous les produits chimiques tombés dans les eaux françaises.

Certaines marchandises plastiques continuent de souiller les côtes françaises des dizaines d'années après la perte du conteneur, à l'image des téléphones Garfield qui polluent les plages du Finistère depuis plus de trente ans. Quand elle le peut, la marine nationale récupère les conteneurs près des côtes françaises. Mais il s'agit d'opérations longues, complexes et coûteuses.