Vidéo Comment alléger votre empreinte en eau… et votre trousse de toilette

Publié Mis à jour
Envoyé spécial. Consommer moins d'eau… en asséchant sa trousse de toilette
Article rédigé par
France Télévisions

Dans la salle de bain, comment consommer moins d'eau au quotidien ? Raccourcir la durée de sa douche, c'est bien, mais il y a un autre moyen d'agir sur son empreinte en eau : pour la toilette, on peut utiliser des produits... qui n'en contiennent pas. C'est ce que découvre une journaliste d'"Envoyé spécial" dans cet extrait.

Saviez-vous que vous consommez chaque jour presque 4 000 litres d'eau ? Derrière tous les produits de votre quotidien se cachent en effet des quantités d'eau "invisible", celle qui est utilisée pour leur fabrication. Après avoir passé au crible le contenu de son frigo, de son bureau (la fabrication d'un ordinateur requiert plus de 100 000 litres d'eau), de son dressing (celle d'un jean environ 8 000), pour "Envoyé spécial", la journaliste Nathalie Gros s'est attaquée à… sa trousse de toilette. 

Cette trousse, elle l'a emportée au siège de l'entreprise de cosmétiques Pachamamaï ("Mère Nature" en langue quechua), dans la vallée de Chevreuse. Ludvina Sanchez, qui a créé cette marque il y a huit ans, examine son contenu pour aider sa propriétaire à rechercher des solutions plus économes en eau...

Jusqu'à 85% d'eau dans un shampoing

Ce que ne sont décidément pas ces flacons en plastique, remarque-t-elle d'emblée : non seulement l'emballage sollicite des ressources en eau, mais de plus, le liquide qui se trouve à l'intérieur en contient forcément... La liste des ingrédients le confirme : pour chaque produit, apparaît en tête la mention "aqua/water" ou "aqua"... De l'eau, donc. Mais dans quelle proportion ? "Ça va dépendre de la formulation, mais il n'est absolument pas surprenant de retrouver 80% d'eau dans un shampoing. Ça peut même aller jusqu'à 85% d'eau", selon la créatrice de Pachamamaï. Acheter l'un d'eux revient donc à payer "essentiellement pour de l'eau – et aussi un peu de plastique", confirme-t-elle.

Trois ingrédients au lieu de trente

Mais par quoi les remplacer ? Avec l'aide de Ludvina Sanchez et d'Anaïs José, experte en formules de soin, Nathalie Gros va apprendre à fabriquer des cosmétiques sans eau, avec seulement des ingrédients utiles. Par exemple un baume hydratant pratiquement universel : il peut s'utiliser pour le corps, mais aussi pour le visage et même les cheveux. Il faut du beurre de karité, de l'huile de sésame, et de la poudre de riz. Trois ingrédients, là où une crème de jour classique en contient une trentaine.

Au final, c'est tout le contenu de la trousse de toilette qui peut être remplacé par des produits sans eau. Outre du savon, elle renfermera désormais dentifrice en boîte rechargeable, galet démaquillant et shampoing solide. Notre journaliste repartira ainsi avec une "empreinte eau" et une trousse allégées.

Extrait de "Ma vie sans eau", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 30 septembre 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.