Tepco va verser une première indemnité d'un million de yens (8.300 euros) à chaque ménage forcé de quitter son domicile

Toutes les familles vivant dans la zone d'évacuation, soit un rayon de 20 km autour de la centrale Fukushima Daiichi (N°1), et toutes celles habitant dans la ceinture de 20 à 30 km, où il leur est conseillé de ne pas rester ou de vivre calfeutrées, devront percevoir cette indemnisation financière.

La centrale nucléaire japonaise de Fukushima (31 mars 2011)
La centrale nucléaire japonaise de Fukushima (31 mars 2011) (AFP / Maritime Self Defense Force)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Toutes les familles vivant dans la zone d'évacuation, soit un rayon de 20 km autour de la centrale Fukushima Daiichi (N°1), et toutes celles habitant dans la ceinture de 20 à 30 km, où il leur est conseillé de ne pas rester ou de vivre calfeutrées, devront percevoir cette indemnisation financière.

La population des localités, qui ne sont pas incluses dans ce rayon mais ont reçu l'ordre de quitter leur demeure, sera aussi indemnisée.

Au total, 48.000 foyers seront concernés, selon les calculs de médias japonais.

"Nous avons décidé de payer rapidement", a expliqué le PDG de Tepco (l'opérateur de la centrale de Fukushima), Masataka Shimizu, lors d'une conférence de presse. "Nous allons donner un acompte aux riverains, dont le montant a été fixé par le gouvernement. Il est d'un million de yens par foyer et de 750.000 pour les personnes vivant seules."

La décision de verser cette somme, avant de fixer le montant total des dédommagements, a été validée durant un conseil d'administration de Tepco sur injonction des autorités.

La centrale Fukushima a été mise hors service le 11 mars par le séisme et le tsunami géants qui ont ravagé le nord-est du Japon, faisant plus de 28.000 morts et disparus. Une série d'avaries sur le site nucléaire a entraîné la rupture des circuits de refroidissement, des explosions d'hydrogène et d'importantes fuites radioactives, forçant les autorités à demander aux riverains de quitter les environs.