Cet article date de plus de sept ans.

Statut de réfugié climatique : la Nouvelle-Zélande dit non

La justice néo-zélandaise a refusé ce mardi d'accorder le statut de réfugié climatique à un habitant des Kiribati, un archipel du Pacifique menacé par la montée des eaux. Le juge de la Haute cour a estimé que ces demandes n'étaient "pas convaincantes" et donc "vouées à l'échec". Mais il a aussi expliqué cette décision par les millions de personnes qui pourraient être concernées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ioane Teitiota, 37 ans, espérait bien être le premier "réfugié climatique". Ses avocats avaient plaidé qu'il ne pouvait rentrer chez lui car leréchauffement climatique met en péril son pays natal.

Un constat que n'a pas contesté le juge de la Haute cour, John Priestley. Mais il a rejeté l'argument de la défense qui avançait quel'homme était victime d'une "persécution passive " de la part de l'environnement.

 "Ces demandes (d'obtention de statut de réfugié climatique) sont unenouveauté et font preuve d'un bel optimisme, mais elles ne sont pas convaincantes, et elles sont donc vouées à l'échec" .

Et il a justifié son jugement par l'importance du phénomène : si ces demandes étaient acceptées, "des millions de personnes menacées à moyen terme par des privations économiques, les conséquences d'une catastrophe naturelle, d'une guerre, ou confrontées aux difficultés à attendre duréchauffement climatiques, pourraient alors d'un coup prétendre à la protectionde la convention sur les réfugiés" .

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.