Pour échapper à la taxe sur les ordures, des Suisses viennent jeter leurs poubelles en France

En Franche-Comté, les communes frontalières de la Suisse voient leurs voisins helvétiques se débarrasser de leurs déchets dans leurs poubelles.

La douane à La Cure, à la frontière franco-suisse, le 22 août 2016.
La douane à La Cure, à la frontière franco-suisse, le 22 août 2016. (MAXPPP)

"Quand ils viennent faire leurs courses dans nos grandes surfaces le week-end, les Suisses amènent le sale et ils emportent le propre", résume Bernard Mamet, maire des Rousses (Jura), contacté par franceinfo. Et "le mouvement semble s'amplifier depuis quelque temps", observe l'élu depuis sa station de ski. 

La direction des douanes de Franche-Comté a fait ses comptes, rapporte Le Parisien. En 2017, les douaniers estiment avoir intercepté près de 10 tonnes de déchets en provenance de Suisse. En un an, 140 Suisses ont été pris en flagrant délit par les douaniers français en train de transporter ou de déposer leurs ordures du côté français de la frontière. Ces Helvètes indélicats écopent d'une amende de 150 euros et doivent repartir avec leur indésirable cargaison. 

"Les clients laissent les cartons d'emballage"

La raison de ces exportations d'un genre un peu particulier ? En Suisse, jeter ses poubelles coûte cher. Les résidents des cantons de Neuchâtel ou de Vaud, frontaliers de la France, achètent par exemple leur sac à ordures entre 1 et 6 francs suisses (entre 0,85 et 5,10 euros), selon sa capacité. En plus de la taxe qui s'applique par foyer. De quoi inciter les habitants à réduire leur production d'ordures ménagères. Ou, pour les moins scrupuleux, à aller jeter leurs poubelles en France.

Dans le Territoire de Belfort, Delle est l'une de ces petites communes frontalières où les poubelles se remplissent un peu trop vite. "Ce n'est pas nouveau. On m'en a parlé quand je suis arrivé dans la région", témoigne un commerçant. "On a deux poubelles sur le parking. On est obligé de les vider tous les jours, confirme-t-il. Le supermarché d'à côté a été obligé de doubler le nombre de ses poubelles." "Impossible" cependant pour lui d'évaluer la quantité d'ordures importées de Suisse. "C'est noyé dans la masse."

Un jour, j'en ai même chopé un qui était venu acheter des bidons de pétrole et qui en profitait pour jeter ses bidons usagés entre les voitures.un commerçant de Delle (Territoire de Belfort)à franceinfo

"Un Suisse qui nous achète un salon de jardin ne repart jamais avec le carton d'emballage. Il nous le laisse pour ne pas avoir à le jeter chez lui", expose l'entrepreneur, qui en profite pour faire un petit bénéfice. "Pour nous, ce n'est pas perdu. C'est du carton qu'on revend sous forme de balle de déchets." 

"Les Suisses commandent sur internet et se font livrer dans mon relais colis. Et quand ils viennent retirer leur colis, ils demandent toujours s'ils peuvent laisser le carton de livraison", confirme un autre commerçant de la ville.

"Une dizaine de sacs de 50 litres par semaine"

Aux Rousses, "les déchets ne sont pas jetés dans les talus, ils sont déposés dans nos conteneurs de tri sélectif", affirme le maire. Et "on voit bien les plaques minéralogiques des voitures qui s'arrêtent devant les bacs de tri". L'élu s'inquiète toutefois pour l'image de sa station de ski. Il ne voudrait pas voir des poubelles qui débordent au pied de ses pistes en pleine saison touristique.

On aimerait bien que ça ne prenne pas trop d'ampleur. Si les volumes augmentent, ce sont les contribuables français qui vont devoir assumer le surcoût.Bernard Mamet, maire des Rousses (Jura)à franceinfo

"Dans les hameaux, les poubelles se remplissent vite et il n'est pas rare qu'on trouve des courriers avec des adresses suisses dedans", constate Yves Louvrier, le maire de La Cluse-et-Mijoux (Doubs), sur la route entre les grandes zones commerciales de Pontarlier et la frontière. L'élu estime leur quantité à "une dizaine de sacs de 50 litres par semaine en moyenne".

A la recherche d'indices dans les poubelles

A force, les municipalités ont donc pris l'habitude de fouiller dans les poubelles à la recherche de factures ou d'enveloppes trahissant l'origine helvétique des ordures. "Quand on nous signale un sac poubelle abandonné, on envoie la police municipale", expliquent les services techniques de la mairie de Delle. "Quand on a une adresse précise en Suisse, on prévient les autorités, qui sanctionnent", affirme le maire de La Cluse-et-Mijoux. 

On essaie de combattre ça, mais ce n'est pas évident, on n'en chope pas assez.Yves Louvrier, maire de La Cluse-et-Mijoux (Doubs)à franceinfo

Côté suisse, on se félicitait récemment de l'entrée en vigueur des sacs écotaxés. Sur le site de la RTS, on apprend ainsi que "le volume des ordures ménagères a diminué de 40% en un an à Lausanne", la capitale du canton de Vaud. Dont une partie a peut-être passé la frontière…