Cet article date de plus de six ans.

Pluie-inondation-avalanche : les Pyrénées et Andorre en alerte orange

Météo France a placé les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne, l'Ariège ainsi qu'Andorre en vigilance orange jusqu'à jeudi 21h. "La séquence avalancheuse à venir se produit en moyenne une à deux fois par hiver."
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le risque d'avalanches est de 5 sur 5 dans les Pyrénées, soit le niveau le plus haut © Maxppp)

Selon Météo France, "l'épisode pluvieux est plus préoccupant par sa durée et l'apport du à la fonte de la neige accumulée sur le relief depuis ce week-end, que par son intensité. La séquence avalancheuse à venir se produit en moyenne une à deux fois par hiver".

Toujours selon le communiqué publié ce mercredi matin, "le risque d'avalanche va évoluer vers le risque très fort, niveau 5, sur les Pyrénées-Atlantiques en milieu de journée. Sur les 3 autres départements, risque d'avalanches fort, niveau 4, évoluant en risque très fort en fin de journée de mercredi. Les chutes de neige intenses vont reprendre dès ce matin sur les Pyrénées-Atlantiques, puis les Hautes-Pyrénées, et enfin l'Ariège en début d'après-midi ; les températures vont se radoucir sensiblement.

Aussi, des avalanches de poudreuse ou de neige humidifiée par la pluie et pouvant atteindre des routes de montagne risquent de se produire sur les Pyrénées-Atlantiques dès le milieu de matinée, sur les Hautes-Pyrénées et la Haute-Garonne à partir du milieu de journée et enfin sur l 'Ariège à partir du milieu d'après-midi.

La principauté d'Andorre a rejoint les quatre départements pyrénéens pour l'alerte orange de Météo France. Le risque se maintiendra ensuite la nuit prochaine avec le maintien des précipitations qui se feront sous forme de pluie jusqu'à environ 1800 m. Le cumul de neige attendu pour la période de mercredi matin à jeudi matin devrait atteindre à nouveau 50 à 70 cm".

 (La carte de vigilance de Météo France actualisée à 6h  © IDE)
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.