Cet article date de plus de huit ans.

Pétrole : menaces sur l'Amazonie

Un représentant des Sarayakus, une communauté de la forêt amazonienne, est en France pour médiatiser son combat contre les recherches pétrolières. Trois millions d'hectares de forêt primaire font l'objet d'un appel d'offres pour la recherche pétrolière en Equateur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Anne-Laure Barral Radio France)

José Gualinga, président du gouvernement du peuple Kichwa de Sarayaku, n'a pas de plume dans les cheveux ou de tatouage noir sur le visage. Dans son costume de lin clair, il vient expliquer comment David a gagné contre Goliath. Comment une petite communauté, les Sarayakus, 1500 habitants vivant sur 140;000 hectares de forêt amazonienne ont bouté hors de leur territoire la puissante compagnie pétrolière argentine CGC.

"Pour savoir s'il y a du pétrole, les compagnies utilisent des explosifs pour faire vibrer la terre. Sur 200;000 hectares de forêt primaire, ils ont mis tous les 50 mètres, cinq kilos d'explosifs à 20 mètres de profondeur. Et pour nous c'est une agression envers notre terre mère. Vouloir dynamiter comme ça le sous-sol pour nous c'est juste incompréhensible ", explique José Gualinga.

Après 10 ans de combat juridique, cet été, la cour interaméricaine des droits de l'homme à Washington leur a donné raison. Elle demande à la compagnie pétrolière de retirer ses explosifs et à l'Equateur de mettre en place un véritable processus de consultation avec les Sarayakus.
Mais aujourd'hui, le gouvernement équatorien a lancé un nouvel appel d'offres sur trois millions d'hectares. Pour José Gualinga, cela n'augure rien de bon. Même s'il sait qu'aujourd'hui, il y a une jurisprudence. Il attend toujours qu'elle soit respectée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.