Cet article date de plus de deux ans.

Résidus toxiques dans les couches bébé : "Les produits jetables ne sont pas un progrès pour l'environnement"

"Une couche, c'est à peu près une tasse de pétrole", ajoute Laura Chatel de l'ONG Zero Waste France.

Article rédigé par
édité par Adèle Bossard - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le magazine 60 millions de consommateurs a relevé la présence de composants toxiques dans certains produits d'hygiène pour bébé, dont les couches. (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

Une enquête de 60 millions de consommateurs révèle jeudi 23 août la présence de produits toxiques dans des articles pour bébé, notamment les couches-culottes jetables. Il y a un problème de "transparence", a estimé jeudi sur franceinfo Laura Chatel, chargée de campagne pour l'ONG Zero Waste France. "Les matières premières qui entrent dans sa composition d'une couche-culotte doivent être elles-mêmes plutôt peu chères, et donc ce sont des produits qui ne sont pas forcément certifiés et contrôlés de A à Z".

Laura Chatel appelle donc les parents à se tourner vers des produits réutilisables, dont les marques sont "plus actives" et "plus transparentes" dans la composition de leurs produits. D'autant que les couches ont aussi un impact écologique important.

franceinfo : Au moment où ils ont été lancées, les produits d'hygiène jetables comme les couches-culottes représentaient un immense progrès. Mais il passe par le plastique et la chimie...

Laura Chatel  : C'était un progrès dans le sens où ça peut paraître pratique parce que c'est jetable. Ce n'est pas forcément un progrès du point de vue de l'environnement par exemple, parce que tous ces produits jetables c'est aussi autant de déchets. Ce n'est pas vraiment un progrès en termes de consommation de ressources non plus. Une couche par exemple, c'est à peu près une tasse de pétrole. Donc quand vous faites le cumul c'est énormément de consommation de matières premières, d'eau et d'énergie dans la fabrication de ces produits. Donc évidemment, avant de dire si c'est un progrès ou pas, il faut identifier tous les impacts, et le jetable n'est pas un progrès pour l'environnement, c'est une certitude.

Existe-t-il aujourd'hui ce qu'il faut pour élever des enfants sans utiliser aucun produit chimique potentiellement toxique ?

On peut le faire en essayant de limiter au maximum, et surtout ces produits d'hygiène jetables. Aujourd'hui, les parents qui voudraient limiter l'usage de couches jetables peuvent aussi se tourner vers des couches lavables, qui sont en général des produits assez bien conçus, qu'on peut démonter avec des scratchs, avec un petit film qu'on peut jeter dans les toilettes ou dans la poubelle. C'est une alternative qui aujourd'hui a fait énormément de progrès dans la conception et dans la praticité d'utilisation. L'avantage de ces couches lavables, c'est souvent qu'on peut en trouver qui sont fabriquées en France et dont on sait exactement de quoi elles sont composées. C'est du tissu qui peut être certifié. Les marques qui vendent des couches lavables sont en général très actives et très transparentes dans la manière dont est composé leur produit, ce qui est moins le cas des couches jetables selon les marques.

Les couches réutilisables sont-elles beaucoup plus cher ?

Non, ce n'est pas beaucoup plus cher à l'utilisation parce que par définition on n'a pas besoin d'en racheter à chaque fois. Assez vite, ça se trouve être très rentable même si on inclut le coût énergétique du lavage. C'est un petit peu plus cher à l'achat, mais il y a maintenant des systèmes de location pour tester le dispositif avant de s'engager financièrement. On peut aussi en trouver facilement d'occasion. Et puis très vite, en quelques mois, ça fait une grosse différence sur le portefeuille.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.