Pays-Bas : des cercueils en champignons, pour un inhumation plus respectueuse de l’environnement

S’engager dans l’écologie posthume, pourquoi pas ? Aux Pays-Bas, Bob Hendrikx a élaboré un cercueil à base de champignons.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !



Un jeune Hollandais, Bobd Hendrikx, a mis au point un cercueil écologique, qu’il fabrique à base de champignons. Pour le concevoir, il remplit l’intérieur d’un coffrage de mycélium et de copeaux de bois.C’est un organisme constitué de mycélium, explique le fondateur de la start-up Loop. C’est-à-dire la structure des racines du champignon. C’est un grand recycleur naturel.

Engrais pour la nature


Il a, en effet, la capacité de décomposer un corps humain en de nombreux nutriments, qui serviront d’engrais pour la nature. Le corps du défunt sera allongé sur un lit de mousse. Les micro-organismes accéléreront le dispositif de décomposition. Il faudra compter deux à trois ans pour le corps et trente à quarante-cinq jours pour la boîte, contre dix ans avec un cercueil en bois et métal. L’inhumation est alors plus respectueuse de l’environnement pour un prix accessible. 

Les cérémonies d\'hommage aux défunts sont désormais limitées à vingt participants et les obsèques strictement réglementées (illustration).
Les cérémonies d'hommage aux défunts sont désormais limitées à vingt participants et les obsèques strictement réglementées (illustration). (PIERRE TEYSSOT / MAXPPP)