Michel-Edouard Leclerc : "Sur le plan social et économique, ça va secouer"

Michel-Edouard Leclerc était l’invité des "4 Vérités" de France 2 mardi 22 septembre.

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Michel-Edouard Leclerc voit-il arriver "la tempête" annoncée mi-septembre par l’ancien Premier ministre Edouard Philippe ? "Sur le plan social et économique, ça va secouer", estime mardi 22 septembre dans les "4 Vérités" le président du groupe Leclerc. "D’abord, il y a l’effet Covid lui-même avec des emplois menacés et des problèmes de pouvoir d’achat. La ligne de fond qui est le désir de manger mieux reste, mais les Français font attention aux prix et les enseignes discount caracolent en tête", développe-t-il.

Leclerc a retrouvé son niveau d’activité de 2019. "Le drive permet des économies sanitaires et on peut comparer les prix avec les concurrents. Le drive a ramené beaucoup de gens", souligne l'entrepreneur breton.

"Pas de plan national de chômage" chez Leclerc

Auchan va supprimer 1 500 emplois pour investir dans le commerce en ligne. "Il n’y a pas de plan national de chômage chez Leclerc, mais on continue d’embaucher parce qu’il faut relancer la machine et s’adapter à la révolution digitale", assure le patron du groupe.

Michel-Edouard Leclerc pense "qu’il faut faire de cette crise une réinitialisation de nos modèles économiques. L’État doit aider les entreprises qui ont flanché, mais il faut maintenant accélérer sur le fret" notamment.

Leclerc va verser 25% des bénéfices des hypermarchés aux salariés. "Je crois en l’intéressement et à la participation. C’est associer les salariés à l’entreprise qui, sans eux, ne marcherait pas", conclut Michel-Edouard Leclerc.

Michel-Edouard Leclerc
Michel-Edouard Leclerc (France 2)