Cet article date de plus d'un an.

Sainte-Soline : un des deux manifestants blessés est sorti du coma

Ce manifestant avait été grièvement blessé samedi lors de la manifestation contre la "méga-bassine" de Sainte-Soline (Deux-Sèvres).
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des affrontements entre manifestants et gendarmes, le 25 mars 2023 à Sainte-Soline (Deux-Sèvres). (PASCAL LACHENAUD / AFP)

Un des deux manifestants grièvement blessés samedi lors de la manifestation interdite contre les "méga-bassines" à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) est sorti du coma, a annoncé jeudi 30 mars un porte-parole du mouvement Les Soulèvements de la Terre à Paris. Une information confirmée à France Inter par l'avocate du blessé, Chloé Chalot. Elle précise que l'état de santé du trentenaire est toujours sans "certitudes" : M. est toujours "très sédaté" et "non conscient". Les familles des deux manifestants blessés, Mickaël et Serge, âgés de 34 et 32 ans, ont déposé plainte notamment pour "tentative de meurtre".

Cette annonce a été faite juste avant un rassemblement de quelques centaines de personnes devant l'hôtel de ville de Paris. Des rassemblements étaient ainsi convoqués devant les préfectures de l'ensemble du pays, "contre la répression à Sainte-Soline" et "les violences policières" dans les manifestations contre la réforme des retraites. "On ne va pas s'arrêter (...), on ne se laissera pas dissoudre !", a dit Benoît Feuillu, deux jours après que le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin eut engagé une procédure de dissolution des "Soulèvements de la terre", qu'il tient pour responsables des affrontements samedi à Sainte-Soline.

"Nous sommes choqués, meurtris par la brutalité policière", a poursuivi Benoit Feuillu en appelant à la démission de Gérald Darmanin. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait demandé mercredi aux préfets de renforcer la sécurité autour des préfectures face aux "menaces de l'ultragauche". Des arrêtés ont été pris par plusieurs préfectures pour interdire des manifestations à Lyon, Strasbourg, Brest, Besançon, Albi, Castres et Vesoul, selon le ministère de l'Intérieur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.