#maplanète : El Hierro, une île à l’électricité 100% renouvelable

On vient voir sa centrale hydro-éolienne des quatre coins du monde : l'île d'El Hierro, aux Canaries, est aujourd’hui un exemple d’autonomie électrique et bientôt énergétique. Grâce à l’énergie du vent, de l’eau et aussi du soleil.

(L'île d'el Hierro aux Canaries © Maxppp)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ses habitants ne voulaient pas que leur île serve de terrain de tirs pour l’armée, du coup ils se sont lancés dans ce projet fou à la fin des années 90. Sur ce petit caillou volcanique, aride et venteux, la plus petite île de l’archipel des Canaries située au large du Maroc, trône cinq immenses éoliennes et deux profonds bassins reliés par des canalisations : l’un a 700 m d’altitude dans un cratère naturel, l’autre en contrebas près de la mer.

Les aérogénérateurs peuvent tourner pour se mettre dans le sens du vent. Ainsi, ils arrivent à produire 11,5 mégawatts alors que les 10.000 habitants n’en consomment tout au plus 7,5. "Qu’est-ce qu’on fait du surplus ? On s’en sert pour pomper l’eau du bassin inférieur vers le bassin supérieur, comme ça quand le vent faiblit ou quand il n’y en a plus, on relâche l’eau et on produit de l’électricité avec la centrale hydraulique ", explique Cristina Morales qui travaille pour la Gorona del Viento la compagnie semi-publique qui gère cette centrale hydro-éolienne.

"Ce projet règle deux problèmes : l’électricité et l’eau"

Elle doit accueillir chaque semaine des visiteurs de la terre entière. Des Seychelles, du Japon, des Caraïbes, des îles qui cherchent à voir si elles peuvent transposer le modèle énergétique. Il faut à peine six secondes à la centrale hydraulique pour prendre le relai des éoliennes si le vent tombe.

Grâce à ce système ingénieux inauguré l’an dernier, l’île est devenue autonome pour son électricité mais aussi pour son eau. "Nous utilisons une usine de dessalement d’eau de mer. Déssaler et distribuer l’eau aux habitants représentent 50% de notre consommation d’énergie. Du coup, ce projet règle deux problèmes : l’électricité et l’eau ", poursuit Cristina.

Une énergie 100% renouvelable d'ici 2020

El Hierro a évité l’importation de 40.000 barils de pétrole dont l’île avait besoin chaque année pour faire fonctionner sa centrale diesel. Cela représente deux millions d’euros d’économies pour la collectivité et plus de 18.000 tonnes de CO2 en moins. Mais malgré ce succès l’île souffre d’un taux de chômage élevé comme dans le reste de l’Espagne. "Nous voulons développer un tourisme soutenable pour l’île avec le recyclage des déchets, une agriculture écologique. Tout ça formera un tout pour une île durable en accord avec la nature mais nous devons forcément développer le tourisme parce que si on ne le fait nous n’aurons pas les moyens de vivre ", explique le cabildo de l’île Alpido Armas.

Mais il ne pense pas non plus s’arrêter là dans le développement des énergies renouvelables. Le soleil pourrait fournir à l’île d'el Hierro de quoi faire rouler ses voitures. En ce moment, la collectivité installe des panneaux solaires pour recharger des voitures électriques. Elle espère remplacer le 5.000 véhicules à essence de l’île pour que toute l’énergie utilisée sur place d’ici 2020 soit 100% renouvelable.

(Alpido Armas le cabildo de l'île d'el Hierro © RF / Anne-Laure Barral)

 

El Hierro, une île à l’électricité 100% renouvelable. Le reportage d'Anne-Laure Barral
--'--
--'--