Cet article date de plus de neuf ans.

Les glaces de l'Arctique à leur plus bas niveau cet été

Selon les experts, les fontes vont continuer à fondre jusqu'en septembre et pourraient dépasser le précédent record de 2007.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les sommets enneigés de l'Isfjord de l'archipel de Svalbard (Norvège), le 1er juin 2012. ( BALAZS KORANYI / REUTERS )

ENVIRONNEMENT - Les glaces marines de l'océan Arctique devraient atteindre cet été leur plus bas niveau jamais enregistré. C'est ce qu'a affirmé lundi 20 août Ted Scambos, chercheur du National Climatic Data Center, le plus important centre mondial de collecte des données météorologiques.

La fonte n'a jamais été aussi rapide en août

Conséquence directe du réchauffement climatique, les glaces de l'océan Arctique fondent de plus en plus chaque été. L'année 2012 va peut-être même constituer un record pour les glaces du pôle Nord, qui devraient atteindre leur plus bas niveau, conséquence d'un mois d'août particulièrement chaud. "Il y a des risques que le précédent record [de 2007] soit dépassé, avant que la fonte des glaces (annuelle) soit achevée", a ainsi déclaré Ted Scambos. Je doute qu'il y ait déjà eu une année où la fonte ait été aussi rapide en août."

Les dernières mesures, prises le 13 août, montrent que le niveau de la glace était de 483 000 km2 inférieur au niveau relevé à la même date en 2007. Or cette année là, les glaces de l'océan Arctique avaient déjà atteint le plus bas niveau jamais enregistré. Le record devrait donc être battu cet été, puisque selon Ted Scambos les glaces de l'Arctique vont continuer à fondre jusqu'à la mi-septembre.

A l'issue de l'été, la couche glaciaire arctique devrait ainsi passer sous la barre des quatre millions de kilomètres carrés. A titre de comparaison, elle était passée à 4,28 millions de kilomètres carrés en 2007.

Un océan Arctique sans glace dès l'été 2030 ?

Le site de la BBC (article en anglais), qui s'est intéressé à la question, a interrogé le professeur Seymour Laxon, spécialiste des questions climatiques à l'University College de Londres. Cet expert ne se dit pas surpris par les niveaux inquiétants relevés cet été. "Nous étions déjà proche de ce record l'été dernier", a-t-il ainsi confié à la chaîne anglaise.

Il considère également que les résultats de ces dernières années ont déjà amené les experts à revoir leurs projections pour l'avenir : "En 2007, le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC, lien en anglais) prédisait que le premier été sans glace en Arctique serait en 2100. Mais le record de 2007 l'a conduit à ramener cette date en 2030-2040", a-t-il expliqué à la BBC.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.