La tempête Joachim coûtera au moins 180 millions d'euros aux assureurs

Selon des études menées par les compagnies d'assurance, entre 80 000 et 120 000 personnes ont été "sinistrées". Au total, la facture pourrait grimper jusqu'à 250 millions d'euros.

Des employés d\'ERDF réparent une installation électrique à Saint-Brieuc (Côtes d\'Armor), le 16 décembre 2011, après le passage de la tempête Joachim.
Des employés d'ERDF réparent une installation électrique à Saint-Brieuc (Côtes d'Armor), le 16 décembre 2011, après le passage de la tempête Joachim. (CYRIL FRIONNET / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Quatre jours après les vents violents, les premières estimations tombent. Selon la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA), lundi 19 décembre, le coût pour les assureurs de la tempête Joachim devrait se situer entre 180 et 250 millions d'euros. Cette fédération, qui produit des estimations pour l'ensemble du marché, estime par ailleurs que la tempête a fait entre 80 000 et 120 000 sinistrés. 

"L'événement en lui-même reste un épisode modéré", a nuancé le président de la FFSA, Bernard Spitz, soulignant qu'il s'agit "de sinistres de taille modeste en général, inférieurs à 2 000 euros pour la majorité. Seules les côtes ont enregistré des sinistres de taille plus importante". D'après lui, les dégâts occasionnés par le vent entrent bien dans le cadre des garanties offertes par un contrat classique d'assurance habitation.

"Les prévisions météo étaient correctes, ce qui a permis aux gens de prendre leurs précautions en temps utile", a-t-il souligné, faisant la "démonstration que la prévention, ça marche". La ministre de l'Environnement, Nathalie Kosciusko-Morizet, doit annoncer mi-janvier la création d'un observatoire des risques naturels, selon Le Figaro. Cet observatoire est inspiré du projet que Bernard Spitz avait présenté devant les parlementaires en 2010. Il permettra d'agréger les données provenant de plusieurs sources, de manière à favoriser les politiques de prévention des risques naturels.