Cet article date de plus de dix ans.

L'alerte au tsunami a été levée lundi après un nouveau fort séisme dans le nord-est du Japon

L'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Fukushima, coupée à cause de la secousse, a rapidement été rétablie pour tous les réacteurs, dont les salariés ont été évacués par précaution.Des vagues d'un mètre avaient été annoncées sur la côte Pacifique mais l'alerte au tsunami a été levée.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La centrale nucléaire japonaise de Fukushima (31 mars 2011) (AFP / Maritime Self Defense Force)

L'alimentation électrique de la centrale nucléaire de Fukushima, coupée à cause de la secousse, a rapidement été rétablie pour tous les réacteurs, dont les salariés ont été évacués par précaution.

Des vagues d'un mètre avaient été annoncées sur la côte Pacifique mais l'alerte au tsunami a été levée.

Tokyo Electric Power (Tepco), propriétaire et opérateur de la centrale de Fukushima a annoncé, peu après le séisme, que l'alimentation électrique des réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale de Fukushima Daiichi, accidentée le 11 mars, avait été interrompue par la secousse. Cela avait stoppé l'injection d'eau destinée à refroidir les trois réacteurs.

Mais le rétablissement du courant a été annoncé peu après. Tepco a assuré que les pompes servant à injecter de l'eau dans les trois premiers réacteurs de la centrale, endommagés par un séisme et un tsunami il y a un mois, continuent de fonctionner normalement.

Une nouvelle secousse, un mois jour pour jour après le 11 mars
Ce séisme s'est produit un mois jour pour jour après le séisme de magnitude 9 et le tsunami d'au moins dix mètres de haut qui ont fait 28.000 morts et disparus.

L'intensité de la secousse a été revue à la baisse: annoncée à 7,1 dans un premier temps, elle aurait atteint en réalité 6,6, selon l'Institut américain de veille géologique. Son épicentre est situé sur terre, à 13 km de profondeur, dans les sud de la préfecture de Fukushima.

Des immeubles ont tremblé pendant plusieurs dizaines de secondes à Tokyo, selon des témoins. Une forte réplique sismique avait déjà touché la région le 7 avril, mais n'avait pas été suivie d'un tsunami.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.