Cet article date de plus de sept ans.

L'air pollué a tué sept millions de personnes en 2012 dit l'OMS

L'OMS a présenté lundi à Genève les résultats  d'une étude inquiétante. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, la pollution de l'air a tué sept millions de personnes en 2012. Il est urgent de prendre des mesures explique l'Organisation. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

C'est l'Organisation mondiale de la Santé qui tire la
sonnette d'alarme. La pollution atmosphérique a tué sept millions de personnes
en 2012 dans le monde. Il est urgent, explique l'OMS, de prendre des mesures
pour réduire les émissions toxiques.  Car
sept millions de personnes, cela représente 12,5% des décès dans le monde... un
mort sur huit.

En 2012, 3,7 millions de
personnes sont décédées en raison d'effets liés à la pollution extérieure et
4,3 millions en raison de la pollution de l'air domestique, soit concrètement
les fumées et émanations liées aux appareils de cuisson, chauffés au bois ou au
charbon, ou les instruments de chauffage. Les zones les plus touchées sont
l'Asie et le Pacifique avec 5,1 millions de décès.

Des chiffres "très inquiétants"

La précédente étude datait de 2008. L'OMS avait indiqué que
3,2 millions de personnes étaient décédées des suites de la pollution de l'air.
Des chiffres toutefois difficilement comparables puisqu'entre temps la
méthodologie a changé.

Les chiffres de 2012
"sont très inquiétants ", a indiqué le Dr Maria Neira, directrice du
département santé publique à l'OMS, au cours d'une conférence de presse lundi à
Genève pour présenter cette étude de l'organisation internationale. Elle estime
que l'on pourrait "sauver des millions de vies en luttant contre la
pollution de l'air
".

Le docteur Carlos Dora,
coordonnateur de l'OMS pour la santé publique, est revenu sur les récents
épisodes de pollution à Paris
estimant que la mise en place de la circulation
alternée avait été "une bonne mesure ". Mais il va plus loin : "Instaurer
la gratuité des vélib' et des transports public
s" seraient des mesures
également souhaitables. Enfin, le docteur Carlos Dora pointe du doigt le
diesel; "très mauvais car cancérigène ".  

L'OMS complètera cette
étude avant la fin de l'année avec la publication d'un tableau de 1.600 villes
dans le monde, classées selon leur niveau de pollution atmosphérique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.