L'Europe divisée au sujet du gaz de schiste

La question de l'exploitation du gaz de schiste divise les pays européens.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Selon le Figaro, un rapport commandé par l'ancien ministre Arnaud Montebourg portant sur l'exploitation du gaz de schiste sans polluer aurait été enterré par François Hollande l'année dernière. Mardi 7 avril, Ségolène Royal a fermé la porte a toute nouvelle technologie. Mais quid du reste de l'Europe ?
 
Début avril cinq états ont fait part à la Commission européenne de leurs intentions de débuter ou de poursuivre des forages d'exploration pour l'extraction de gaz de schiste. "Il s'agit du Royaume-Uni, du Danemark, de la Pologne, de la Roumanie et des Pays-Bas", explique Pascal Verdeau, correspondant à Bruxelles.
"Les Polonais sont les champions du gaz de schistes en Europe. Ils prévoient une cinquantaine de nouveaux puits chaque année".

Le débat relancé

La Commission pour sa part recommande simplement de respecter les règles sur l'environnement.  En Grande-Bretagne, la fracturation hydraulique est contestée. Certains hommes politiques exigent un moratoire. Ce que refuse David Cameron. " Le débat est relancé et tous les états européens sont divisés." Conclut Pascal Verdeau.

Un puits de forage extrayant du gaz de schiste à Cleburne, au Texas (Etats-Unis), le 13 décembre 2012. 
Un puits de forage extrayant du gaz de schiste à Cleburne, au Texas (Etats-Unis), le 13 décembre 2012.  (ROBERT NICKELSBERG / GETTY IMAGES / AFP)