Cet article date de plus de huit ans.

Gaz de schiste : des industriels appellent à relancer le débat

Le week-end dernier, lors de la conférence environnementale, François Hollande semblait vouloir fermer la porte aux gaz de schiste. Aujourd'hui, 22 personnalités du monde de l'industrie signent un appel pour relancer le débat sur le potentiel de la France en la matière. Un appel publié sur le site internet de l'hebdomadaire L'Usine nouvelle.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Handout Reuters)

Le monde de l'industrie
se mobilise. Ils sont 22
personnalités du monde de l'industrie, des services, de la sphère syndicale et
de l'enseignement supérieur. Ils signent aujourd'hui
un appel à relancer le débat sur le gaz de schiste. Un appel publié sur le site
internet de l'hebdomadaire L'Usine Nouvelle.

Une réponse à François
Hollande

Cet appel intervient trois
jours après la clôture de la conférence environnementale. Une conférence au
cours de laquelle le président de la République a semblé vouloir, entre autres,
fermer la porte à l'exploitation des gaz de schiste, avec notamment le rejet de
sept demandes de permis d'exploration d'hydrocarbures dans la moitié sud de la France,
considérant qu'elles visent les gaz de schiste.

Depuis un an, la
fracturation hydraulique est interdite en France. C'est la seule technique
connue pour extraire les gaz de schiste des sous-sols. Une technique fortement
contestée, notamment en raison des risques qu'elle présente pour les nappes
phréatiques et pour la santé.

Relancer le débat

Parmi les signataires de cet appel
on retrouve par exemple Laurence Parisot, présidente du Medef, Jean-François
Roubaud, président de la CGPME ou encore le chef du
Groupement des fédérations industrielles Pierre Gattaz.
Ils souhaitent que le président de
la République lance une grande concertation nationale qui
impliquerait toutes les parties prenantes : les citoyens, les ONG, les
industriels et les chercheurs.

Leur objectif : éviter que la France
ne passe à côté de l'opportunité que représente cette ressource énergétique
.

Ces signataires
assurent qu'il ne faut pas exploiter cette ressource énergétique controversée
"à tout prix" , mais qui  estiment
que la France a "le devoir d'évaluer ses ressources potentielles" .

Les opposants aux gaz de
schiste ne désarment pas non plus

Si le monde de l'industrie
ne lâche pas et demande de relancer le débat, les opposants à cette technique ne baissent pas les bras non plus.
Loin d'être convaincus
par le rejet de sept demandes d'exploration annoncé vendredi, ils organisent
samedi prochain des manifestations dans le cadre d'une journée internationale
de mobilisation. Deux rassemblements principaux sont prévus en France à
Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne) et à Saint-Cristol-lez-Alès (Gard).

La ministre de
l'Ecologie, Delphine Batho, a précisé mardi à Nantes, devant les parlementaires
écologistes, que des permis déjà accordés seraient aussi annulés s'il apparaît
qu'ils visent en réalité les gaz de schiste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.