Eva Joly prévient : "pas d'accord avec le PS" sans arrêt de l'EPR

Alors que socialistes et écologistes tentent de s'accorder pour 2012 autour de la question du nucléaire, la candidate de EE-LV pose ses conditions et assène : "Il n'y a pas de plan B".

(Radio France)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est sur TF1 que la candidate d'Europe Ecologie Les Verts est venue taper du poing sur la table. La question d'un accord électoral entre son mouvement et le PS en vue de 2012 achoppe sur le nucléaire, et les discussions pour trouver un modus operandi semblent mal parties. Eva Joly, en effet, a affirmé "solennellement, tranquillement, fermement, qu'il n'y aurait pas d'accord avec les socialistes si nous n'avons pas l'arrêt du chantier de Flamanville. Il n'y a pas de plan B ".

Et l'écologiste d'ajouter que si aucun accord n'était trouvé, elle "porterait toute seule toutes les revendications de sortie du nucléaire et tout le programme écologiste et, j'espère, jusqu'au deuxième tour ".

Eva Joly a également répondu aux attaques de Jean-François Copé qui reproche au PS de négocier avec EE-LV sur cette question, au motif que l'arrêt du secteur mettrait en péril un million d'emplois en France. Le secrétaire général de l'UMP citait là les chiffres d'Henri Proglio, le PDG d'EDF.