Environnement : une tourbière contenant des milliards de tonnes de carbone découvertes au Congo

Au Congo, le chercheur Simon Lewis a découvert une tourbière où des milliards de tonnes de carbone se sont accumulés. Une véritable bombe à retardement pour l'environnement.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour Simon Lewis, cette expédition organisée par Greenpeace au cœur de la forêt équatoriale du bassin du Congo, c'est l'aboutissement de cinq années de recherches. Quand elles tombent des arbres, les feuilles s'accumulent sur le sol humide. Elles forment la tourbe, qui stocke le carbone au fil des ans. "On pense que la tourbière de la forêt équatoriale du bassin du Congo a emmagasiné quelque chose comme 30 milliards de tonnes de carbone. C'est l'équivalent de trois ans d'émission de dioxyde de carbone dans le monde". Si la forêt venait à disparaître, le carbone serait libéré dans l'atmosphère. Ce serait alors une véritable catastrophe climatique.

Une bombe à retardement

Simon Lewis se rend dans le village autochtone le plus proche de la tourbière. Le chef du village se bat pour défendre cette zone convoitée par les exploitants forestiers. "Environ 20% de la tourbière est couverte par des concessions qui pourraient être exploitées", explique Simon Lewis. Une demi-heure de marche, et les premiers marécages apparaissent.

Simon décide de faire un test dès le début de la tourbière. Et là, surprise : la sonde s'enfonce déjà jusqu'à trois mètres. Il y a peut-être plus de carbone que ce qu'ils avaient imaginé. "Si le carbone part dans l'atmosphère, que va-t-il se passer?", lui demande un villageois. "Ça va renforcer tous les signes du changement climatique. Ça renforcera les climats extrêmes qu'on a vus en Europe", lui répond le chercheur. "Mais d'ici, il y aura des conséquences en France et en Europe?", insiste le villageois. "Bien sûr ! Une molécule qui serait relâchée d'ici ferait le tour de la planète en trois ou quatre semaines". Une fois les échantillons analysés, Simon pourra déterminer la quantité exacte de carbone qui menace la planète.

Le JT
Les autres sujets du JT
La province du Sud Kivu, au Congo, le 1er décembre 2016.
La province du Sud Kivu, au Congo, le 1er décembre 2016. (JURGEN BATZ / DPA / AFP)