EN IMAGES. Découvrez seize papillons en danger

Un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement dresse un constat accablant : en vingt ans, la population des papillons de prairie a diminué de moitié.

Deux papillons de prairie butinent une fleur. 
Deux papillons de prairie butinent une fleur.  (ANNA KWA / GETTY IMAGES)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Finie, la chasse aux papillons. Une étude de l’Agence européenne pour l’environnement met en garde contre la diminution problématique du nombre de ces insectes. En 2011, ils étaient deux fois moins dans les prairies européennes qu’en 1990. Sur 17 espèces observées en Europe, les effectifs de huit d’entre elles ont dramatiquement diminué.

La nouvelle inquiète doublement les entomologistes, ces scientifiques spécialisés dans l’étude des insectes, car les papillons sont généralement de bons indicateurs de la population d’insectes terrestres. Faciles à observer et à reconnaître, ils sont mieux surveillés que leurs cousins rampants. Or, certains papillons jouent un rôle de pollinisateur, similaire à celui des abeilles. Leur disparition peut potentiellement bouleverser l’écosystème floral.

Les papillons, comme les abeilles, sont menacés par l'agriculture intensive. L’utilisation de la moindre parcelle de terre pour la culture des céréales, par exemple, perturbe l’habitat naturel des lépidoptères, qui préfèrent voleter entre les fleurs.

En France, un réseau de volontaires rapporte ses constats à l’Observatoire de la biodiversité des jardins, une structure associative en lien avec le Museum national d’histoire naturelle. Ils participent à un très large recensement des papillons dans l’Hexagone, chaperonné par Noé conservation. D’après ces observations, 22 espèces seraient en déclin en France, pas toujours les mêmes qu’au niveau européen.

Francetv info vous présente quelques-uns de ces papillons en danger, aux noms étranges et poétiques.

Le Cuivré est un petit papillon (deux centimètres d’envergure) au caractère agressif. Afin de garder les femelles pour lui, il chasse systématiquement les autres mâles qui pénètrent sur son territoire.
1/16 Le Cuivré est un petit papillon (deux centimètres d’envergure), au caractère agressif. Pour garder les femelles pour lui, il chasse systématiquement les autres mâles qui pénètrent sur son territoire. B. BERGEROT / NOÉ CONSERVATION
L’Amaryllis est le papillon des terres en friche, volant souvent autour des ronces. On comprend donc que la culture de la moindre parcelle de terre met son habitat en danger.
2/16 L’Amaryllis est le papillon des terres en friche, volant souvent autour des ronces. On comprend donc que la culture de la moindre parcelle de terre met son habitat en danger. B. BERGEROT / NOÉ CONSERVATION
La Belle-dame est un papillon migrateur, qui se déplace entre l’Afrique du Nord et l’Europe selon les saisons. Il est relativement grand (environ six centimètres d’envergure).
3/16 La Belle-Dame est un papillon migrateur, qui se déplace entre l’Afrique du Nord et l’Europe, selon les saisons. Il est relativement grand (environ six centimètres d’envergure). C. GAUMONT / NOE CONSERVATION
L’Hespérie orangée est une espèce très répandue, assez petite (rarement plus de trois centimètres d’envergure). On rencontre ces papillons dans les prairies européennes.
4/16 L’Hespérie orangée est une espèce très répandue, assez petite (rarement plus de trois centimètres d’envergure). On la rencontre dans les prairies européennes. B. GAUDON / NOE CONSERVATION
Le Flambé est impressionnant par la forme de ses ailes et sa taille, qui peut aller jusqu’à 9 centimètres d’envergure. On le trouve sur presque tout le territoire français, sauf le long des côtes bretonnes jusqu’au littoral du Nord et près de la frontière allemande.
5/16 Le Flambé est impressionnant par la forme de ses ailes et sa taille, qui peut aller jusqu’à neuf centimètres d’envergure. On le trouve sur presque tout le territoire français. C. GAUMONT / NOE CONSERVATION
Plus spectaculaire encore que le Flambé, le Machaon est facilement reconnaissable. Le meilleur endroit pour observer ce specimen est proche de massifs de fenouil. Les chenilles du Machaon en raffolent.
6/16 Plus spectaculaire encore que le Flambé, le Machaon est facilement reconnaissable. Le meilleur endroit pour observer ce specimen : près des massifs de fenouil. Les chenilles du Machaon en raffolent. A. MOREL / NOE CONSERVATION
Le Demi-deuil tient son nom de sa couleur, noir et blanc. On peut le trouver près des voies de chemin de fer ou en bord des routes par les jours de beau temps.
7/16 Le Demi-Deuil tient son nom de ses couleurs, noir et blanc. On peut le trouver près des voies de chemin de fer, ou en bord de route, par les jours de beau temps. C. GAUMONT / NOE CONSERVATION
On peut trouver le Myrtil en ville, dans les parcs un peu moins bien entretenus, le plus souvent entrain de butiner des fleurs comme les bleuets.
8/16 On peut trouver le Myrtil en ville, dans les parcs pas très bien entretenus, le plus souvent en train de butiner des fleurs comme les bleuets. B. BERGEROT / NOÉ CONSERVATION
Le Paon du jour cache bien son jeu. Sous ses ailes colorées se cache un côté marron et terne, censé prévenir les prédateurs qu’il ne vaut mieux pas y goûter. Le Paon du jour est en effet toxique.
9/16 Le Paon du jour cache bien son jeu. Sous ses ailes colorées se cache un côté marron et terne, censé prévenir les prédateurs qu’il ne vaut mieux pas y goûter. Le Paon du jour est en effet toxique. C. GAUMONT / NOE CONSERVATION
L’association Noé conversation qui recense les populations de papillons en France continue à chercher l’origine du nom de ce papillon. Les Mégères (oui … ) se trouvent posées sur les pierres, à prendre des bains de soleil en plein été.
10/16 L’association Noé conservation, qui a recensé ces papillons, continue à chercher l’origine de leur nom. Les Mégères se trouvent posées sur les pierres, à prendre des bains de soleil en plein été. C. GAUMONT / NOE CONSERVATION
La Piéride est le papillon le plus souvent rencontrés dans les parcs ou dans les jardins près des villes. Leurs chenilles raffolent des fleurs qui y poussent. 
11/16 La Piéride est le papillon le plus souvent rencontré dans les parcs, ou dans les jardins près des villes. Nous cultivons souvent les fleurs dont leurs chenilles raffolent. C. SUTTER / NOE CONSERVATION
La Petite tortue également joue la carte du pile ou face. Le dessous de ses ailes garde le même motif, mais dans un camaïeu de gris. Il hiberne parfois derrière les rideaux ou dans les greniers.
12/16 La Petite Tortue joue également la carte du pile ou face. Le dessous de ses ailes garde le même motif que le dessus, mais dans un camaïeu de gris. Il hiberne parfois derrière les rideaux ou dans les greniers. B. GAUDON / NOE CONSERVATION
Contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom, pas besoin d’être en terres andalouses pour observer le Tabac d’Espagne. On trouve ce specimen dans toute l’Europe, jusqu’en Russie. Le dessous de ses ailes est marqué par des rainures vertes.
13/16 Contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom, le Tabac d’Espagne ne s'observe pas qu'en terre ibérique. On trouve ce specimen dans toute l’Europe, jusqu’en Russie.  C. GAUMONT / NOE CONSERVATION
Marron tirant vers le noir, le Silène est un papillon aux couleurs mornes, que l’on retrouve surtout dans le sud de la France. Habitants de la moitié nord du pays, abandonnez l’idée d’en voir chez vous.
14/16 Marron tirant vers le noir, le Silène est un papillon aux couleurs mornes, que l’on retrouve surtout dans le sud de la France. C. GAUMONT / NOE CONSERVATION
Le vol puissant du Vulcain, le grand voyageur des papillons, peut le mener jusqu’aux limites du cercle polaire en été. On retrouve cette espèce aux Amériques et en Océanie.
15/16 Le vol puissant du Vulcain, un grand voyageur, peut le mener jusqu’aux limites du cercle polaire en été. On retrouve cette espèce aux Amériques et en Océanie. C. GAUMONT / NOE CONSERVATION
La forme des ailes des Robert-le-diable est si particulière qu’il est difficile de les confondre. L’association Noé conservation pense que c’est juste cette forme, rappelant le profil de diable du Moyen-âge qui lui a donné son nom. Le meilleur endroit pour trouver ce papillon : près des plants de houblon.
16/16 La forme des ailes des Robert-le-Diable est si particulière qu’il est difficile de les confondre. C'est justement cette forme, rappelant le profil de diable du Moyen Age, qui lui aurait donné son nom.  N. LEHOBEY / NOE CONSERVATION